عربي   Français   English

 


  

L'Algérie et le Maroc animés d'une "forte volonté" d'imprimer une "nouvelle impulsion" à leurs relations 23/01/2012

 


L'Algérie et le Maroc animés d'une "forte volonté" d'imprimer une "nouvelle impulsion" à leurs relations

 

L'Algérie et le Maroc sont animés d'une "forte volonté" d'imprimer une "nouvelle impulsion" à leurs relations bilatérales dans tous les domaines, ont affirmé lundi soir à Alger les Ministres des Affaires Etrangères des deux pays, MM. Mourad MEDELCI et Saâd-Eddine El Othmani. 

 

L'approfondissement de la concertation politique et le développement de la coopération économique ont été les principaux thèmes abordés lors de la séance de travail qui a réuni les deux Ministres. 

 

S'exprimant lors d'une conférence de presse animée conjointement avec M. El Othmani à l'issue d'entretiens, M. MEDELCI s'est félicité de la "nouvelle impulsion" que connaît la coopération entre les deux pays, la qualifiant de "renaissance" dans les relations algéro-marocaines. 

 

Le chef de la diplomatie algérienne a ajouté que les deux pays aspirent à ce que l'année 2012 soit "plus fructueuse" dans le domaine de la coopération comparativement à 2011. 

 

Sur la question de la réouverture de la frontière algéro-marocaine, M. MEDELCI a souligné que son traitement doit s'inscrire dans le cadre d'une "vision globale". 

 

"Le gouvernement algérien considère le développement des relations avec le Maroc comme une de ses priorités, ainsi que la question de la réouverture de la frontière, qui devront être traités dans le cadre d'une vision cohérente et globale", a-t-il déclaré. 

 

Il a ajouté à ce propos que l'Algérie et le Maroc sont devant des "défis à relever", affirmant que les deux pays sont animés d'une "forte volonté" de coopération dans tous les secteurs. 

 

"Ces défis nous imposent des efforts supplémentaires exceptionnels", a-t-il dit, estimant qu'"il y a une solution à chaque problème". 

 

"Nous parviendront à des solutions à tous les problèmes, car il s'agit de la volonté des deux peuples, du président de la République et du roi du Maroc", a-t-il encore souligné. 

 

M. MEDELCI a indiqué, d'autre part, que la question du Sahara occidental "n'a pas été abordée par les deux parties".

 

Evoquant la visite qu'effectue le Ministre marocain des Affaires Etrangères en Algérie, il a fait observer qu'en matière d'échanges commerciaux avec l'Algérie, le Maroc occupe la première place au niveau africain et la deuxième au niveau arabe, avec plus d'un milliard de dollars annuellement. 

 

Dans ce cadre, M. MEDELCI a précisé que les deux parties ont abordé dans leurs entretiens la réunion des Ministres des Affaires Etrangères des pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA), prévue à Rabat le 17 février prochain. 

Il a qualifié cette rencontre d'opportunité pour réactiver l'UMA, en tenant compte des orientations des dirigeants des pays membres. 

 

De son côté, le Ministre marocain des Affaires Etrangères a affirmé que "le dépassement des obstacles au développement des relations politiques et économiques à tous les niveaux (avec l'Algérie) constitue la priorité des priorités" pour son pays. 

 

"C'est une première prise de contact et, avec le temps, nous espérons apporter des réponses à toutes les questions posées actuellement", a-t-il dit, soulignant que des canaux de dialogue "transparents" seront ouverts entre les deux pays concernant les points de divergence. 

 

M. El Othmani a mis l'accent sur la nécessité de procéder à une évaluation de la coopération bilatérale en vue de sa diversification et son élargissement à d'autres secteurs, notamment l'enseignement supérieur, la recherche scientifique et l'éducation. 

 

"Nous encourageons aussi la coopération entre les parlementaires, les hommes d'Affaires et les associations de la société civile des deux pays pour établir des mécanismes de coopération solides et stables", a-t-il ajouté. 

 

Le chef de la diplomatie marocaine a indiqué qu'à l'issue des entretiens avec M. MEDELCI, il a été décidé de tenir des réunions bi-annuelles d'évaluation de la coopération, suggérant aussi la mise en place d'un mécanisme de suivi au niveau des deux gouvernements. 

 

Il a également fait état de la suggestion de convoquer une réunion de la haute commission mixte de coopération courant 2012, rappelant que cette commission ne s'était pas réunie depuis 1994. 

 

A une question sur le trafic de drogue aux frontières des deux pays et l'expropriation des Algériens résidant au Maroc, M. El Othmani a indiqué que "cette question avait fait l'objet de discussions entre les deux parties dans le passé avant qu'elles ne s'interrompent". 

 

Il a précisé que ces questions seront à l'ordre du jour des rencontres devant réunir les responsables des deux pays "afin de les examiner et de trouver des solutions".