عربي   Français   English

 


  

MESSAHEL : la conférence de Bologne fait avancer le débat sur les avantages d'une approche multilatérale 23/05/2010

ALGERIE-AFRIQUE-ITALIE-CONFERENCE
dimanche 23 mai 2010

MESSAHEL : la conférence de Bologne fait avancer le débat sur les avantages d'une approche multilatérale

M. Abdelkader MESSAHEL, Ministre Délégué Chargé des Affaires Maghrébines et Africaines, a qualifié de "positive" la conférence de Bologne, organisée jeudi et vendredi sous le thème "L'Afrique : 53 pays, une union", estimant qu'elle "fait avancer le débat sur les avantages d'une approche multilatérale".

Dans son intervention devant les participants, M. MESSAHEL a indiqué que cette conférence "fait avancer le débat sur les avantages d'une approche multilatérale concertée à même de développer et dissiper les lacunes constatées dans la pratique bilatérale disparate".

L'objectif recherché à travers cet exercice est de "créer les conditions d'un partenariat nécessaire dont les dividendes seront partagées de manière équitable", a-t-il précisé.

Pour le ministre délégué, la conférence de Bologne constitue un "jalon important" dans la mobilisation au niveau international pour faire en sorte, a-t-il dit, que le message de l'Afrique "soit mieux compris". "Cela induira une attitude de soutien actif de la part du gouvernement, des entrepreneurs, de la société civile et des médias", a-t-il poursuivi.

D'autre part, et dans un discours prononcé lors de la séance plénière consacrée à la "Construction des communautés économiques régionales pour les marchés et le commerce", M. MESSAHEL, en sa qualité de présentateur principal, a dressé un état des lieux de l'évolution du processus d'intégration en Afrique, en suggérant une série de mesures d'accompagnement aux partenaires du continent africain.

Il a également présenté les apports de l'Algérie aux projets structurants et intégrateurs, à la fois, dans sa sous-région et au niveau des relations entre les sous-régions, ainsi qu'à l'échelle continentale.

Le ministre a illustré, par la même occasion, les effets bénéfiques que la réalisation de ces projets aura non seulement sur le commerce et l'investissement, mais aussi sur la paix et la sécurité.

De même, il a souligné l'importance d'un meilleur accès aux marchés des pays développés pour les produits africains.
Auparavant, M. MESSAHEL est intervenu dans le cadre du thème "Création d'un environnement pour la paix, la stabilité et la sécurité", animé par l'ancien Président sud africain, Thabo M'Beki.

Il a mis en exergue, à ce propos, l'approche algérienne sur les questions de paix et de sécurité englobant la prévention, la gestion et le règlement des conflits, ainsi que la consolidation de la paix et la reconstruction post-conflits.

D'autre part, le ministre a attiré l'attention sur les risques que font peser sur la paix et la sécurité en Afrique, le terrorisme et ses connexions que sont le crime organisé, le trafic d'organes et de drogue et la traite des êtres humains.

Il a appelé, à ce sujet, la communauté internationale, particulièrement l'Union européenne, à mettre en oeuvre les dispositions de la résolution 1904 du Conseil de sécurité qui qualifie de crime le paiement de rançons, d'autant que cette pratique (paiement de rançons) contribue à alimenter les capacités de nuisance du terrorisme.

La communauté internationale "doit prendre ses responsabilités pour l'éradication de ce phénomène", a-t-il insisté.

Les travaux de la conférence de Bologne ont abouti à un consensus sur une feuille de route pour davantage de paix et de développement en Afrique.

Il a été convenu, en outre, de la tenue des deux prochaines conférences respectivement à Washington en 2011 et Addis-Abeba en 2012 pour maintenir l'élan pris à Bologne et assurer un suivi rigoureux des dispositions qui ont été arrêtées.

Pour rappel, M. MESSAHEL a représenté le Président de la République, M. Abdelaziz BOUTEFLIKA, à cette conférence de haut niveau organisée par la Fondation pour la coopération entre les peuples.

En marge des travaux de cette conférence, il s'est entretenu avec M.Romano Prodi, Président de cette fondation, à qui il a remis un message écrit du Président de la République.