عربي   Français   English

 


  

Le Ministre Lamamra prend part à une réunion ministérielle du CPS-UA 14/12/2021

 

 



Le Ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, a plaidé mardi pour une approche globale face aux vecteurs d'instabilité en Afrique que sont les flux financiers illicites et les flux illicites d'armes dans la région.

Intervenant lors de la réunion ministérielle du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), tenue par visioconférence, sur "le lien entre la paix, la sécurité et le développement", M. Lamamra a mis en garde contre les vecteurs d'instabilité en Afrique que sont les flux financiers illicites et les flux illicites d'armes dans la région, soulignant "la nécessité d'une approche globale pour y faire face".

"Le développement est tributaire d'un environnement empreint de paix et de sécurité, d'où l'impératif de s'attaquer aux causes profondes conduisant aux conflits, à travers une approche intégrée, globale et multidimensionnelle", a soutenu le ministre des Affaires étrangères.

Le chef de la diplomatie algérienne a également insisté sur "la nécessité d'ériger le principe des +solutions africaines aux problèmes africains+ en objectif stratégique pour autonomiser l'Afrique en favorisant l'établissement de partenariats équilibrés et responsables respectant le droit de l'Afrique au développement et mettant un terme à sa marginalisation dans tous les aspects de la vie à l'échelle mondiale".

"Alors que nous multiplions nos efforts collectifs en faveur de l'intégrité continentale et de la prospérité commune, nous devons continuer à adapter nos méthodes de travail pour nous attaquer aux causes sous-jacentes des conflits à travers une approche intégrée, globale et multidimensionnelle", a affirmé M. Lamamra.

Présidée par le vice-Premier ministre et ministre de Affaires étrangères d'Ethiopie, Demeke Mekonnen, la réunion a vu la participation des ministres des Affaires étrangères des quinze Etats membres du Conseil de paix et de sécurité et les représentants d'autres pays africains, de la Commission de l'UA et de l'Organisation des Nations Unies.