عربي   Français   English

 


  

Le ministre des Affaires étrangères prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye 23/06/2021

 

 

 

 
 
Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum, a pris part mercredi aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye au niveau ministériel, consacrée à l'évaluation de la situation en Libye et le progrès réalisé en matière d'application des engagements pris lors de la conférence de "Berlin 1" tenu en janvier dernier.

Saluant les résultats de l'opération politique engagée, sous les auspices de l'ONU, les participants à cette conférence ont appelé à l'accélération de la préparation des élections présidentielles et parlementaires d'ici à la fin de l'année en cours mais aussi à l'arrêt des ingérences étrangères et au retrait des forces étrangères, des groupes terroristes et des mercenaires des territoires libyens.

Pour sa part, M. Boukadoum a mis en avant l'importance de la participation des autorités libyennes provisoires à cette conférence, insistant sur l'impératif d'assurer une bonne préparation aux élections du 24 décembre prochain outre l'unification des institutions nationales libyennes notamment celles chargées de la défense et de la sécurité.
Le ministre a exprimé "la préoccupation de l'Algérie par rapport aux violations continues de l'interdiction des armes imposée par l'ONU, ainsi que le retard du retrait des forces étrangères et des groupes armés".

Il a insisté sur "l'importance de réaliser une réconciliation nationale pour garantir la stabilité et l'unité de ce pays frère".

M.Boukadoum a salué les efforts du Conseil présidentiel libyen, des efforts qui ont donné lieu à la création d'une Haute Commission de réconciliation nationale, affirmant que l'Algérie ne ménagera aucun effort pour garantir la réussite de cette opération.

Le ministre des Affaires étrangères a tenu, en marge des travaux de la Conférence, plusieurs rencontres bilatérales avec ses homologues des pays participants, dont les Etats Unis, l'Angleterre, l'Egypte, la Tunisie, la République du Congo, ainsi que des représentants de l'ONU, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue arabe.