عربي   Français   English

 


  

Le Ministre des Affaires étrangères appelle la communauté internationale à mettre un terme à la violence dans les territoires palestiniens occupés et à relancer le processus de paix 20/05/2021

 

 

 

 
Monsieur Sabri Boukadoum, Ministre des Affaires étrangères, a pris part à la réunion d’urgence de l’Assemblée générale organisée à l’initiative conjointe du Groupe arabe et du Groupe de l'Organisation de la coopération islamique qui, face à l'incapacité du Conseil de sécurité de prendre position sur l’escalade de la violence dans les territoires palestiniens occupés, ont appelé à une réunion de l’Assemblée générale pour discuter de la situation dans les territoires palestiniens occupés.

Dans un discours prononcé au nom du groupe arabe, M. Boukadoum a réitéré la condamnation des crimes barbares et des attaques brutales commises par les forces d'occupation contre le peuple palestinien, laissant derrière elles des images horribles de meurtres et de destructions, notamment dans la Bande de Gaza.

Face à la gravité de la situation, le Ministre s’est interrogé "Est-il raisonnable après tout cela que nous restons devant nos écrans comptant les morts et les blessés, en particulier parmi les enfants, les femmes et les personnes âgées?" Est-il possible, après tout ce que nous avons vu de nos propres yeux, de croire les allégations qui tentent de justifier le silence honteux du Conseil de sécurité ou celles qui placent sur un pied d'égalité l'agresseur et l'agressé, l'oppresseur et l'opprimé?

Le Ministre Boukadoum a appelé la communauté internationale à prendre les mesures nécessaires pour mettre un terme à cette agression et à œuvrer collectivement pour créer les conditions favorables à une reprise sans conditions préalables du processus de paix afin de s'engager dans un traitement des racines du conflit permettant de mettre un terme à l'occupation conformément à la légalité internationale.
  
Le Ministre a affirmé que ces événements douloureux nous rappellent une fois de plus la souffrance du peuple palestinien, qui est sous occupation et blocus, tout en déplorant l’incapacité de l’ONU, et en particulier du Conseil de sécurité, à trouver une solution juste et durable à la question palestinienne, ce qui menace la stabilité de la région et la paix et la sécurité internationales.

Il a indiqué qu’il est indispensable de permettre au peuple palestinien d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination et d'établir son État indépendant avec Al-Quds Al-Sharif comme capitale, tout en soulignant la nécessité de préserver le statut quo juridique et historique de la ville de Jérusalem et ses lieux saints islamiques et chrétiens, y compris la mosquée Al-Aqsa.

M. Boukadoum a conclu son discours en soulignant sa ferme conviction qu'il n'y a pas de solution à la question palestinienne sans que la communauté internationale ne prenne une position courageuse pour mettre un terme à l'impunité et à l'occupation des terres palestiniennes.