عربي   Français   English

 


  

M. Sabri BOUKADOUM prend part à la 47ème session du Conseil des Ministres des Affaires Étrangères de l’OCI 27/11/2020

 

 

 



Le Ministre des Affaires Étrangères, M. Sabri BOUAKDOUM, a pris part aujourd’hui, 27 novembre à Niamey, à la 47ème session du Conseil des Ministres des Affaires Étrangères de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI).

Dans une intervention lors de cette session ministérielle, M. le Ministre a mis l’accent sur le contexte particulier de la tenue de cette rencontre, marqué par la prolifération du terrorisme et de l’extrémisme violent, la montée inquiétante de l’islamophobie et l’atteinte à l’islam et au Prophète Mohamed (QPSSL).

M. BOUKADOUM a rappelé, à ce sujet, la position constante de l’Algérie concernant la nécessité de combattre le phénomène de l’islamophobie et a confirmé le refus de l’Algérie de toute forme d’atteinte aux principes et symboles de l’Islam sous le prétexte fallacieux de la liberté d’expression.

Le Chef de la diplomatie algérienne a appelé les pays de l’OCI à déployer plus d’efforts pour consolider les progrès dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Il a indiqué que l'Algérie reste pleinement résolue à renforcer la coopération régionale et internationale dans la lutte contre ce fléau, à assécher ses sources de financement et à souligner l'importance du développement pour assurer la sécurité nationale.

M. BOUKADOUM a appelé également à contribuer au développement économique et social dans les pays africains du Sahel pour vaincre les racines du terrorisme et de l'extrémisme violent.

M. le Ministre a, par ailleurs, rappelé que la question palestinienne reste au centre des préoccupations de l’OCI et a exprimé, une fois de plus, le soutien permanent et continu de l’Algérie au peuple palestinien et à sa juste cause.

Enfin, M. BOUKADOUM a appelé à une réforme globale et profonde de l’Organisation pour la rendre plus forte et plus solide face aux défis auxquels l’Oummah islamique est confrontée. Il a également relevé l’impératif de transparence et de respect des points de vue de l’ensemble des pays membres de l’Organisation.