عربي   Français   English

 


  

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, en visite d'amitié et de travail en Algérie 27/01/2020

 



À l’invitation du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le président de la République de Turquie, M. Recep Tayyip Erdogan, a effectué les 26 et 27 janvier 2020 une visite d'amitié et de travail en Algérie.

A l’occasion de cette visite les deux présidents ont eu des échanges sur les moyens et voies à même de renforcer les liens unissant les deux pays frères, l'élargissement des domaines de coopération bilatérale et de la concertation sur les questions internationales d'intérêt commun.

Lors d'une conférence de presse à l'issue de son entretien avec le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le Président Erdogan a déclaré que "l'Algérie est un élément de stabilité et de paix en cette conjoncture difficile que traverse la région et face aux développements en Libye, qui ont un impact direct sur ce pays voisin", estimant "impossible de parvenir à un résultat dans le dossier libyen avec des solutions militaires".

Saluant "fortement" l'adhésion de l'Algérie au processus de Berlin, où elle aura, a-t-il dit "une contribution précieuse et constructive dans le cadre des efforts visant à instaurer la stabilité en Libye", il a mis en avant l'impératif d'agir pour que la Libye ne soit pas un terrain propice aux organisations terroristes et aux barons de la guerre.

S'agissant de la coopération bilatérale, le président turc a affiché la volonté de son pays de la hisser "aux plus hauts niveaux" partant des solides liens d'amitié et de fraternité et de l'histoire commune, qui remonte à plus de 5 siècles entre l'Algérie et la Turquie.

A cet propos, le président Erdogan a indiqué avoir adressé au Président Tebboune une invitation à effectuer, cette année, une visite en Turquie pour la tenue de la première réunion du Conseil de coopération de haut niveau, créée lors de cette visite, précisant que les deux parties envisagent sa tenue "très prochainement".

En matière de coopération commerciale, le président turc a fait savoir que la rencontre avait permis d'évaluer le volume des échanges commerciaux entre les deux pays, annonçant que les deux parties sont convenu de le porter à plus de cinq (5) milliards de dollars, d'autant que l'Algérie "est le deuxième partenaire de son pays en Afrique".

Il a indiqué, dans ce contexte, que les investissements turcs en Algérie dépassaient les 3,5 milliards de dollars, ce qui dénote, a-t-il dit, "de la confiance de la Turquie en l'Algérie".

Le Forum d'affaires algéro-turc, tenu dimanche 26 janvier 2020 à Alger, en marge de cette visite, a été l'occasion pour les deux pays d'affirmer leur détermination à donner un élan fort aux relations entre l'Algérie et la Turquie, et de poser les

fondements d'une nouvelle ère dans le domaine de la coopération économique et commerciale.

Le Président turc a exprimé, à cette occasion, sa "fierté quant à l'accroissement du volume des investissements turcs en Algérie", mettant en avant la détermination de son pays à "poursuive ses efforts en vue de réaliser davantage de réussites bilatérales".

A ce titre, M. Erdogan a appelé à la création, "dans les plus brefs délais", d'une zone de libre-échange entre l'Algérie et la Turquie, faisant état de plusieurs mesures devant être prises "rapidement" dans ce sens.

Dans ce contexte, le Premier Ministre M. Abdelaziz Djerad a salué "la disposition du Président Erdogan et des entreprises turques à investir en Algérie et contribuer au développement économique global auquel nous aspirons tous", mettant en avant "la détermination du gouvernement algérien à encourager la coopération en érigeant les partenariats et les investissements en base solide dans les relations algéro-turques".

Il a appelé, à ce titre, les hommes d'affaires présents en force au forum à investir dans les secteurs prioritaires en Algérie, se disant convaincu que ces secteurs "intéresseront les hommes d'affaires turcs, et l'industrie turque en général".

Enumérant ces secteurs, M. Djerad a cité les industries légères, les nouvelles technologies, les start-up, l'agriculture, l'hydraulique et le tourisme, qualifiant ces secteurs de "prometteurs où la coopération algéro-turque apportera une contribution avérée".

M. Abdelaziz Djerad a fait état de l'ouverture "d'un grand atelier" algéro-turque qui sera consacré à la mise en place d'"un nouvel encadrement" des relations commerciales bilatérales dans le cadre d'un mécanisme à même de revoir à la hausse le volume d'échange au mieux des intérêts des deux pays.