عربي   Français   English

 


  

L'Algérie décide d'envoyer 100 tonnes d'aides humanitaires en Libye 02/01/2020

 

 



Plus de cent (100) tonnes d'aides humanitaires constituées de denrées alimentaires et de médicaments qui seront acheminées de l'Algérie vers la Libye via l'aéroport de Djanet, ont été chargées jeudi 02 janvier à Alger.

Dans une déclaration en marge de cette opération, le ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum a indiqué que sur instruction du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avec la contribution louable de l'Armée nationale populaire (ANP), ces aides humanitaires seront envoyées en Libye, via un pont aérien liant l'aéroport militaire de Boufarik à celui de Djanet.

« Au regard des liens d'amitié et des relations de bon voisinage entre l'Algérie et la Libye et par principe de fidélité à nos traditions de solidarité fraternelle active et inconditionnelle vis-à-vis du peuple libyen, nous sommes tenus d'être aux côtés de ce peuple frère dans la conjoncture difficile qu'il traverse pour alléger, dans la mesure du possible, l'incidence de cette crise », a souligné M. Boukadoum.

Le Croissant rouge algérien (CRA) assurera, en coordination avec les autorités libyennes, l'acheminement de ces aides au peuple libyen, a-t-il soutenu, rappelant que des centaines d'Algériens résident en Libye notamment dans la zone frontalière de Djanet.

"Cette cargaison qui n'est pas la première du genre, n'est pas uniquement le symbole de l'amitié du peuple algérien pour son frère libyen, mais se veut également l'expression de l'engagement de l'Etat algérien et de sa solidarité avec le peuple libyen jusqu'à ce qu'il puisse surmonter la crise qui le secoue et nous secoue tous », a estimé le chef de la diplomatie algérienne, mettant en avant l'importance de parvenir à « un consensus entre toute la composante du peuple libyen, loin de toute ingérence étrangère, quelle qu'elle soit ».

Pour le ministre, les aides humanitaires qui seront acheminées vers la Libye « interviennent en prélude à l'affirmation du rôle humanitaire de l'Algérie dans une première phase, puis de son rôle politique », précisant que notre « prendra dans les quelques prochains jours des initiatives en faveur d'une solution pacifique à la crise libyenne ». « L'Algérie n'accepte la présence d'aucune force étrangère, quelle qu'elle soit, dans ce pays », a-t-il soutenu.