عربي   Français   English

 


  

Sahara Occidental: « Nous espérons des mesures plus concrètes et des avancées plus significatives » (M.Lamamra) 22/03/2019

 

 


Le vice-Premier ministre,  ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a souhaité vendredi à Bursins que l'effort de l'Envoyé personnel du SG de l'Onu pour le Sahara  occidental, Horst Kohler, soit accompagné de mesures « plus concrètes  et  d'avancées plus significatives ». Cette déclaration a été faite à l'issue des travaux de la 2ème table-ronde sur  le Sahara occidental, à laquelle l'Algérie et la Mauritanie, ont été invitées en tant  que pays voisins ayant un statut d'observateurs dans le processus des Nations unies. 

M.Lamamra  a précisé que : « Tout ceci pour dire que cet exercice aura été utile. Il annonce la  poursuite de l'effort et nous l'espérons avec des mesures plus concrètes,  des avancées plus significatives dans le cadre de ce processus (onusien) qui a le soutien de la communauté internationale, dans son ensemble, et  singulièrement après que le Conseil de sécurité des Nations unies aura  l'opportunité d'examiner un rapport du Secrétaire général, Antonio  Guterres, en avril prochain, et après que le Conseil de sécurité aura donné  de nouvelles orientations où sera mise en évidence la nécessité d'accélérer  les efforts au titre de la résolution actuelle ».

Cette table-ronde, convoquée par l’Envoyé personnel, s'est tenue  conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité d'octobre dernier  qui vise la conclusion d'une solution politique, juste, durable et  mutuellement acceptable prévoyant l'autodétermination du peuple du Sahara  occidental. 

Le chef de la délégation algérienne a indiqué que l'ordre du jour de cette  deuxième table-ronde s'est essentiellement articulé autour, d'abord et  avant tout, de la nécessité de prise de mesures de confiance entre les deux  parties en conflit, le Maroc et le Front Polisario. « Un échange de vues a eu lieu sur l'importance essentielle qui s'attache à  l'établissement de la confiance entre les deux parties et aux mesures  précises de confiance qui pourraient éventuellement être prises », a-t-il  précisé, soulignant qu'il s'agit « naturellement d'un domaine important et  les discussions doivent se poursuivre sous l'impulsion de du président  Kohler ». 

Le deuxième axe de réflexion et d'échange a porté, a ajouté M. Lamamra,  sur un effort « en vue de dégager une lecture commune des termes utilisés  par le Conseil de sécurité dans sa dernière résolution pour décrire le résultat escompté de cet exercice conduit par l'Envoyé spécial », expliquant  que « c'est un angle de formulation dans ce texte qu'il fallait pour que M.Kohler puisse espérer enregistrer des progrès et parvenir à une lecture  commune par les deux parties en conflit de cette disposition ». 

Il a affirmé, dans ce cadre, que des échanges « très intéressants » ont pu  avoir lieu, indiquant que « c'est à l'Envoyé spécial de l'attester dans une  atmosphère emprunte de respect mutuel entre les deux parties ».  

Le troisième axe, « qui est non moins important, est celui de la  construction régionale, en ce sens que l'édification et l'intégration  maghrébine est certes un objectif en soi, mais il est également considéré  comme étant de nature à avoir un impact positif sur le règlement juste et durable de la question du Sahara occidental », a-t-il poursuivi, rappelant  que l'Algérie et la Mauritanie, sont invités à cette table-ronde « en tant  que pays voisins ayant un statut d'observateurs dans le processus des Nations unies". 

« Nous avons apporté des contributions, en particulier au titre du  troisième axe qui est celui de la construction régionale. Dans ce cadre-là,  évidemment, l'appel qui a été lancé par l'Algérie, il y a quelques mois, en vue de la tenue d'un conseil des ministres des Affaires étrangères de  l'Union du Maghreb arabe (UMA), a été réitéré », a-t-il dit dans ce  contexte.  

Pour M.Lamamra, l'idée d'une retraite des ministres des Affaires étrangères des  pays de l'UMA « "devant officieusement évaluer la situation et explorer des  pistes pour enregistrer des progrès a été également réitéré par l'Algérie à  cette occasion ».