عربي   Français   English

 


  

L’enlisement des conflits "est à l’origine de situations qui nous interpellent" 01/10/2018

 

 

 



Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel n’a souligné que soixante-dix ans après la signature de la convention de Genève sur les réfugiés, «nombre de crises continuent de produire des effets désastreux poussant des millions de personnes à chercher à obtenir une protection et l'espoir d'un avenir meilleur".  

Dans son intervention devant la 69ème session du Comité exécutif du  Programme du Haut-Commissariat pour les Réfugiés, Il a rappelé qu'"en  Afrique, au Proche et Moyen-Orient et en Asie, l’enlisement des conflits  est à l’origine de situations qui nous interpellent, où les victimes  attendant des actions fortes faites d’engagements crédibles pour des  solutions durables". 

S’agissant de la contribution de l’Algérie, M. Messahel a indiqué qu'"en  tant que terre traditionnelle d’asile, elle reste attachée à sa politique  bienveillante à l’égard des réfugiés et des personnes déplacées présents  sur son territoire et que cela procède  d’une profonde conviction forgée  tout au long de son histoire". 

"Elle accueille, depuis plus de quatre décennies, des dizaines de milliers  de réfugiés sahraouis et prend en charge l’essentiel de l’assistance et de  la protection auxquelles ils ouvrent droit en tant que réfugiés, reconnus par les Nations unies", a-t-il rappelé.  

M. Messahel a également rappelé que "l’Algérie accueille des réfugiés et des personnes déplacées d’autres pays éprouvant les conflits et l’instabilité, dont 40.000 ressortissants syriens qui ont opté pour un séjour en Algérie suite à la crise qui secoue ce pays", ajoutant que "l’Algérie a mis en place en leur faveur un dispositif, toujours en vigueur, prévoyant, notamment, des facilités d’accès à l’éducation, aux services de santé, au marché du travail".  

Le chef de la diplomatie algérienne a réaffirmé que "l’Algérie soutient les efforts visant le règlement du conflits du Sahara occidental et de la crise syrienne afin de permettre aux réfugiés de retourner dans leur terre natale, une fois les conditions de stabilité et de sécurité réunies".  
Il a conclu en appelant à un "engagement de tous pour faire plus, pour protéger les personnes persécutées, réfugiées, ou déplacées, car la mobilisation n’est pas une option, mais une urgence sous peine de faillir au devoir d’assistance".