عربي   Français   English

 


  

L'Algérie et le Brésil conviennent de finaliser certains accords pour un bon climat d'affaires (Messahel) 23/07/2018

 

 




Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a indiqué lundi à Alger que l'Algérie et le Brésil avaient convenu de "finaliser certains accords" pour permettre aux entreprises des deux pays de travailler dans un "confort" et avec "toutes les garanties  voulues" . 

"Nous avons convenu de finaliser certains accords qui méritent d'être revus pour donner une assise juridique à cette coopération pour permettre aux entreprises des deux pays de travailler dans un confort et avec toutes  les garanties voulues", a déclaré M. Messahel à l'occasion d'une réunion de  travail qui l'a regroupé avec le ministre brésilien des Relations extérieures, Aloysio Nunes Ferreira Filho, qui effectue une visite de travail en Algérie. 

M. Messahel a relevé que les échanges entre les deux pays s'élevaient à 3,5 milliards de dollars, ce qui est "très peu" par rapport aux capacités des deux pays. 

Il a ajouté que l'Algérie et le Brésil se sont engagés pour réunir, "dans les brefs délais", les chambres de commerce des deux pays et mettre en mouvement le forum des hommes d'affaires, relevant qu'il y a des secteurs à identifier notamment l'industrie, l'agriculture et les travaux publics pour  bénéficier de l'expérience brésilienne. 

"Le marché algérien est très porteur, car la sécurité et la paix sont garanties pour les investissements", a-t-il soutenu , ajoutant qu'un processus est en cours pour renforcer également la coopération dans le domaine de la sécurité de la défense. 

Il a fait savoir que l'Algérie a tissé avec le Brésil des relations "très fortes", nommant dans le sillage de la visite du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans ce pays en 2005, laquelle a  constitué une "grande étape" pour la relance de cette coopération. 

Evoquant la coopération dans le domaine international, M. Messahel a  souligné qu'il y avait une "forte concertation", ajoutant que "nos deux  pays travaillent ensemble dans les foras internationaux et nos deux pays  sont contre les ingérences extérieures d'où qu'elles viennent dans les  affaires internes des pays". 

"Nous sommes pour le règlement des conflits dans le cadre du dialogue et  de la concertation pour asseoir un monde apaisé", a-t-il dit, mettant en  avant la coopération entre les deux pays au sein notamment de l'ONU et des pays non alignés. 

M. Messahel a indiqué, en outre, avoir échangé avec son homologue brésilien l'expérience algérienne, notamment dans le domaine de la concorde  civile et de la réconciliation nationale, ainsi que dans l'approfondissement de la démocratie. 

"Aujourd'hui, tout le monde s'accorde à dire que si nous vivons dans un pays stable, c'est grâce à la politique menée par le président de la République", a-t-il affirmé.