عربي   Français   English

 


  

Palestine: mobilisation intense contre le transfert de l'ambassade américaine à El-Qods 13/05/2018

 

 

 




A la veille de la commémoration du 70e  anniversaire de la Nakba, la haute instance nationale pour la arche du retour et la levée du blocus a appelé le peuple palestinien à un rand  rassemblement les 14 et 15 mai pour protester contre le transfert de  l'ambassade des Etats-Unis à El-Qods occupée, une décision dénoncée par  plusieurs pays. 

L'ouverture de l'ambassade américaine qui aura lieu lundi 14 mai,coïncidera avec le 70e anniversaire de la Nakba du peuple palestinien, qui  marque l'occupation israélienne de la Palestine et l'expulsion de 700.000 Palestiniens de leurs terres à cette occasion, ainsi que le Centenaire de la sinistre Déclaration de Balfour. 

Des dizaines de milliers de Palestiniens seront mobilisés pour "la  confrontation" avec l'occupant israélien, mettant en avant l'importance des  marches pacifiques pour la réhabilitation de la cause palestinienne, la mobilisation de l'opinion publique palestinienne, l'imposition de nouvelles équations au conflit et l'extension de la résistance à l'occupation. 

"Nous avons décidé de tenir la manifestation au même endroit et au même  moment pour élever notre voix contre la politique américaine qui soutient  l'occupation et les colonies israéliennes", a déclaré le chef du Comité  supérieur de suivi de la communauté arabe qui représente les citoyens  palestiniens d'Israël, Mohamed Barake. 

La "Grande Marche" vers Ghaza qui sera organisée sous les slogans: "El Qods est une ville arabe islamique et chrétienne" et "Non à l'ambassade américaine à El-Qods", représentera le couronnement de 40 jours de  manifestations. 

"Nous soulignerons que cette agression américaine et le fait d'entrainer  d'autres nations pauvres à suivre les Etats-Unis, ainsi que des articles  sur ce que l'on appelle le deal du siècle", qui est élaboré par les colons  sionistes à la Maison Blanche ne marcheront pas", a ajouté M. Barake. 

Des appels ont également été lancés pour des manifestations à Ramallah,  Beit-lehm, El-Khalil et dans d'autres villes de Cisjordanie pour marquer le  jour de la Nakba, en plus de protester contre la relocalisation de  l'ambassade américaine. 
Parallèlement, le chef du mouvement de résistance palestinien Hamas,Ismaïl Haniyeh, s'est rendu dimanche au Caire pour s'entretenir avec le  chef des services de sécurité égyptiens. 
 
-Rejet et dénonciation internationaux- 
 
Déplorant la décision de Washington de transférer l'ambassade des  Etats-Unis à El Qods occupée, le chef de la diplomatie russe, Serguei  Lavrov, a exprimé vendredi les préoccupations de Moscou vis à vis des  perspectives de règlement du conflit israélo-palestinien, rendues plus  complexes par la décision américaine sur la ville sainte d'El Qods. 

L'Algérie, a condamné la décision de l'administration américaine et l'a  qualifiée de "grave" et comme une violation flagrante des réglementations  internationales, exprimant sa préoccupation et inquiétude quant à la  situation dans la région. 

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelakader Messahel, a indiqué que  toute décision qui vise "à altérer la nature, le statut ou la composition  démographique" de la ville sainte d'EI Qods sera d'"aucun effet juridique  et nulle et non avenue". 

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a pour sa  part, estimé que le transfert de l'ambassade américaine est une mauvaise  décision, appealnt à adopter une position commune à son égard, ajoutant que  la Turquie ne garderait pas le silence et continuera de défendre la cause  palestinienne. 

Dans la région d'Amérique latine, le président chilien, Sebastian Pinera, a exprimé son soutien à la création d'un Etat palestinien "libre, souverain, indépendant et autonome et le droit du peuple palestinien à l'autodétermination". 

Le président vénézuélien, Nicholas Maduro, a déclaré que la décision de  transférer l'ambassade américaine à El-Qods occupée est illégal et ne tient  pas compte des résolutions et des lois des Nations unies. 

Il a exprimé "l'espoir pour la reprise des négociations sur la base du droit  international. 

Cuba a également rejeté "la décision unilatérale du gouvernement américain  de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël et de transférer  son ambassade dans cette ville". 

En décembre dernier, le président américain Donald Trump a rompu avec ses prédécesseurs, reconnaissant El Qods comme capitale d'Israël, et décidant de transférer, le 14 mai, l'ambassade américaine vers la ville d'El Qods. 

Des 193 pays composant l'Assemblée générale de l'Onu, 128 ont voté fin  décembre une résolution condamnant la décision américaine. Seuls sept pays se sont alignés sur Washington. 

La décision de Donald Trump a provoqué aussi une vague de protestations à  travers le monde et a été désapprouvée par nombre d'ONG internationales, préoccupées par les perspectives de processus de paix au Proche-Orient. 

Vendredi, plusieurs milliers d'Indonésiens ont manifesté à Jakarta contre la décision controversée des Etats-Unis, ainsi qu'à Londres, capitale britannique, où des milliers personnes ont manifesté devant lÆambassade israélienne pour le droit au retour des Palestiniens, pour la levée du siège contre Ghaza, et pour la fin de la répression israélienne conte le peuple palestinien. 

Pour le 7è vendredi de suite, des milliers de Palestiniens ont également pris part à des manifestations pacifiques dans le cadre de la "Grande  marche du retour"