عربي   Français   English

 


  

Toute décision visant à "altérer" le statut d'EI Qods sera "nulle et non avenue" (Messahel) 09/05/2018

 

 

 



Le ministre des Affaires étrangères, Abdelakader  Messahel, a indiqué mercredi à Alger que toute décision qui vise "à altérer  la nature, le statut ou la composition démographique" de la ville sainte  d'EI Qods sera d'"aucun effet juridique et nulle et non avenue". 

"Il est clair que toute décision qui vise à altérer la nature, le statut  ou la composition démographique de la ville sainte d'EI Qods sera d'aucun  effet juridique et nulle et non avenue", a précisé M. Messahel dans une  allocution à l'ouverture des travaux de la 3e session de la Commission  mixte de coopération économique et technologique entre l'Algérie et les  Pays-Bas, à laquelle a pris part le ministre néerlandais des Affaires  étrangères, Stef Blok. 

"Tout comme mon pays, votre pays je le sais, demeure convaincu que le plus  vieux conflit dans la région, celui du déni au peuple palestinien de son  droit le plus élémentaire de vivre libre et indépendant, nécessite une paix  juste, globale et durable sur la base de la solution à deux Etats et  conformément au droit et aux décisions légales internationales", a-t-il  ajouté. 

De son côté, le MAE néerlandais a appelé la communauté internationale a ne  manéger aucun effort pour aller vers une solution à deux Etats en Palestine  afin de "sortir de la spirale négative". 

"Pour ce qui est du Moyen Orient, le deux parties en conflit ne sont  actuellement pas prêtes à négocier, nous devons inciter (toutes les  parties) à faire un pas vers la solution à deux Etats afin que cette  question sorte de la spirale négative", a-t-il dit. 

Les déclarations des deux ministre interviennent suite à la décision  unilatérale prise par le président américain Donald Trump  en décembre 2017  de reconnaitre El-Qods occupée comme capitale d'Israel et de transférer son  ambassade de Tel-Aviv vers cette ville sainte le 14 mai prochain.