عربي   Français   English

 


  

Messahel prend part à Tunis à la réunion ministérielle tripartite (Algérie- Egypte-Tunisie) sur la Libye 17/12/2017

 

 


Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader  Messahel, a pris part, dimanche à Tunis, à la réunion ministérielle  tripartite (Algérie- Egypte-Tunisie) sur la Libye, qui a regroupé également  les ministres des Affaires étrangères tunisien, Khemaies Jhinaoui et  égyptien, Sameh Choukri. 

Cette réunion qui fait suite à celles tenues à Alger en juin 2017 et au  Caire en novembre 2017, a été l’occasion pour les trois ministres  d’examiner les derniers développements de la situation dans ce pays ainsi  que les voies et moyens à même de permettre aux trois pays de soutenir les  efforts de règlement que conduit les Nations unis.   

Dans ce cadre, les trois ministres ont souligné que l’arrivée à échéance  de l’Accord politique libyen ne doit en aucun cas signifier l’abandon de  cette base juridique qui reste le seul cadre pour la recherche d’une  solution politique à la crise libyenne, d’autant plus que le Conseil de  Sécurité des Nations unies a réaffirmé la continuité de cet Accord. Ils  ont, à cet égard, réitéré leur soutien aux efforts des Nations unies et au  Représentant du Secrétaire Général, Ghassane Salame, en vue du règlement de  la crise libyenne. 

S’agissant des aspects sécuritaires, les ministres ont relevé la gravité  de la situation dans la région avec notamment le retour des combattants  terroristes étrangers et l’expansion de la menace terroriste et du crime  organisé.   

Face à cette situation, ils ont souligné l’importance de maintenir cette  tradition de consultation entre l’Algérie, l’Egypte et la Tunisie sur la  situation en Libye et de maintenir un degré élevé de vigilance en vue de  faire face à ces défis. 

La réunion a été sanctionnée par l’adoption d’un communiqué conjoint qui  dégage une convergence de vue entre les trois pays quant au soutien au  processus de règlement de la crise dans le cadre de l’Accord politique  libyen. La nécessité de poursuivre la consultation régulière entre les  trois pays a également été mise en exergue.