عربي   Français   English

 


  

Conférence de haut niveau sur le terrorisme à Oran : une occasion pour affirmer et renforcer la coordination dans le cadre de l’union africaine 10/12/2017

 

 


La conférence de haut niveau sur le thème  "Réponses effectives et durables contre le terrorisme : approche régionale"  s’ouvre dimanche après-midi à Oran avec la participation des représentants  des Etats africains, des organisations et des experts internationaux. 
 
Cette réunion de deux jours constituera, selon les observateurs, une  occasion pour affirmer et renforcer la coordination et la concertation  entre les pays africains et ce dans le cadre de l’Union Africaine (UA),  notamment autour des questions d’ordre stratégique préoccupant  collectivement les Etats membres, à l’instar de la lutte contre le  terrorisme, le radicalisme violent et d’autres phénomènes comme le trafic  des êtres humains et la drogue. 
 
Les partenaires africains accordent une grande importance à cette  rencontre, co-organisée par l’Algérie et la Commission de l’UA, abordera à  travers les débats et la concertation, plusieurs thématiques d’actualité en  Afrique, comme l’assèchement des sources du radicalisme violent et le  terrorisme, les connections entre les trafics de drogue, d’armes et des  êtres humains avec le phénomène du terrorisme. 
Cette conférence de haut niveau s’inscrit dans le cadre du mandat confié  au Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, par ses pairs de  l’Union Africaine, en tant que coordonnateur des efforts de l’UA dans le  domaine de la prévention et de la lutte contre le terrorisme. 
 
La conférence ambitionne de parvenir à une vision commune des Etats  membres de l’UA, en ce qui concerne les défis réels dans la lutte contre le terrorisme ainsi qu’aux moyens à même de permettre une lutte efficace et durable contre ce phénomène et la radicalisation, a-t-on ajouté dans le  communiqué, notant qu’elle sera, en outre, l’occasion pour l’Algérie de partager son expérience dans ce domaine avec ses partenaires africains. 
 
Il est prévu également que cette réunion, dont l’ouverture sera présidée  par le ministre des affaires étrangères, Abdelkader Messahel, constituera  une opportunité pour évaluer ce qui a été réalisé des recommandations de la  réunion précédente d’Oran. 
 
Il est à rappeler que le séminaire de haut niveau sur la paix et la  sécurité en Afrique, tenu en décembre 2016 à Oran, a été couronné par  l’adoption d’une série de recommandations liées à plusieurs thématiques  dont la nécessité d’élaborer une feuille de route sur les dispositifs  opérationnels afin de faire taire les armes à l’horizon 2020 et la  consolidation du partenariat entre le Conseil de la paix et de la sécurité  de l’UA et le Conseil de sécurité de l’ONU pour permettre des missions  mixtes dans le cadre de la préservation de la paix en Afrique. 
 
Les recommandations avaient porté également sur l’importance de la  réactivation d’une force africaine et la nécessité d’assurer un financement  durable pour les opérations de soutien à la paix dirigées par l’UA et ce  dans le cadre de son partenariat avec l’ONU. 

L’Algérie avait présenté, début de ce mois de décembre, par le biais du  Premier ministre, Ahmed Ouyahia, représentant du président de la République  aux travaux de la 5ème sommet Afrique-Europe, tenu dans la capitale  ivoirienne, un document sur son engagement dans la lutte contre le  radicalisme violent et le terrorisme en Afrique.
 
Ce document a été proposé au lendemain de la désignation du Président de  la République, Abdelaziz Bouteflika, en mars dernier, comme coordonnateur  africain de la lutte contre le terrorisme et le radicalisme violent en  Afrique et du mémorandum proposé par le Chef de l’Etat lors du 29ème sommet  africain à Addis Abbeba (Ethiopie), en juillet dernier, rappelle-t-on.