عربي   Français   English

 


  

M. MEDELCI : Le G15 abordera la question du nucléaire sous l’angle de la sécurité énergétique 17/05/2010

 

M. MEDELCI : Le G15 abordera la question du nucléaire sous l’angle de la sécurité énergétique 


Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres du G15 aborderont, lors de leur 14ème sommet qui se tient lundi à Téhéran (Iran), la question du nucléaire civil sous l’angle de la sécurité énergétique, a déclaré dimanche à Téhéran le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad MEDELCI. 

"La sécurité énergétique passe par le développement des capacités, non pas seulement énergétiques conventionnelles (pétrole et gaz) mais également par le développement des capacités énergétiques renouvelables", a indiqué à la presse M. MEDELCI qui a pris part samedi à la réunion des ministres des Affaires étrangères préparatoire au sommet du G15. 

Il a ajouté que les pays du Sud disposent de capacités extrêmement importantes dans ce domaine là, qu’il s’agisse du nucléaire, du solaire ou de l’éolien. 

"Nous devons travailler ensemble pour que nous puissions mettre en commun nos expériences et technologies afin, a-t-il dit, de pouvoir continuer à jouer un rôle, dans le moyen et le long terme, dans le domaine de l’énergie au profit de nos propres économies d’abord et au profit de l’économie mondiale ensuite". 

M. MEDELCI a indiqué, en outre, que le sommet du G15 va permettre aux chefs d’Etat et de gouvernement de présenter leurs visions à la fois sur les questions internationales et leur espoir que le G15, qui existe depuis 20 ans, puisse s’autoévaluer et prendre des décisions qui lui permettent de se consolider dans le futur. 

Il a fait savoir qu’il y a un consensus autour du projet de communiqué final, élaboré au niveau des experts et des ministres des Affaires étrangères et qui va retenir un certain nombre d’axes dont le renforcement de la coopération entre les pays du Sud et entre ceux du G15. 

L’autre axe important est celui d’apporter "une contribution politique pour que la crise économique soit gérée en tenant compte de la situation particulière d’un certain nombre de pays, dont les moins avancés et les plus endettés. 

"Nous devons examiner la situation et évaluer des dispositions qui ont été prises notamment au niveau du G20 et du G8 ainsi qu’au niveau de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international pour essayer de limiter les effets de la crise et surtout redoubler de vigilance car cette crise a frappé déjà de plein fouet les pays les plus faibles qui sont dans le camp du Sud", a-t-il affirmé. 

Les chefs d’Etat devraient prendre aussi des mesures pour encourager des membres du G15 à s’autoévaluer dans le système de fonctionnement qui est le sien, "et s’il y a des avancées, a-t-il dit, il y a aussi des rigidités, des lenteurs, des silences et des occasions perdues". 

Il a souligné à ce propos la nécessité de mieux organiser le G15, relevant qu’il a été proposé qu’un groupe de haut niveau se mette en place très rapidement pour dégager des recommandations dans ce sens. 

Le ministre a indiqué que le communiqué commun évoquera aussi la question du Moyen Orient.