عربي   Français   English

 


  

Algérie-UE : Première session pour la mise en place d'un mécanisme de lutte antiterroriste en octobre prochain à Bruxelles 20/07/2017

 

 

 


Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader  Messahel, a annoncé jeudi à Alger la tenue,  en octobre prochain à  Bruxelles, d'une première session entre l'Algérie et l'Union européenne  pour la mise en place d'un mécanisme de lutte contre le terrorisme. 

 "Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, un mécanisme va être mis  en place entre l'Algérie et l'UE. La première session (de ce mécanisme) va  se dérouler au mois d'octobre prochain à Bruxelles", a déclaré M. Messahel  à l'issue d'un entretien avec le commissaire européen en charge de la  politique européenne de voisinage (PEV) et des négociations  d'élargissement, Johannes Hahn. 

Le chef de la diplomatie algérienne a indiqué, par ailleurs, avoir eu avec  M. Hahn un "large échange" de points de vue sur les relations entre  l'Algérie et l'UE. 

"Cela nous a permis de faire le bilan de cette relation et d'aborder  toutes les questions de coopération avec l'UE, qui est le premier  partenaire de l'Algérie", a-t-il dit, ajoutant que la rencontre a été  l'occasion d'évoquer les voies et moyens de "densifier, diversifier et  élargir" cette coopération, notamment dans ses volets économiques. 

"Nous avons également exposé le point de vue de l'Algérie sur la démarche  entreprise par le président de la République en termes de renforcement de  la démocratie et des libertés en Algérie", a-t-il ajouté, qualifiant de  "satisfaisante" la coopération entre l'Algérie et l'UE. 

M. Messahel a indiqué avoir abordé d'"autres questions importantes" qui  interpellent aussi bien l'UE que l'Algérie, notamment la lutte  antiterroriste, relevant que l'expérience algérienne en matière de  déradicalisation et de réconciliation nationale a été également évoquée. 

"Nous avons évoqué aussi les conflits qui existent dans notre région,  notamment en Libye où nous sommes partenaires avec l'Union européenne et  les Nations unies dans la recherche d'une solution politique", a-t-il  relevé, ajoutant que la situation dans la région du Sahel, notamment au  Mali, a été abordée dans ses discussions avec le responsable européen. 
"L'UE est également engagée au Mali, non seulement dans le processus qui a  conduit à l'accord de paix de Bamako, mais également sur le terrain en  termes d'accompagnement à travers les programmes économiques et  d'assistance", a-t-il expliqué. 

De son côté, M. Hahn a qualifié d'"étroite" la coopération entre l'UE et  l'Algérie, ajoutant que l'entretien avec M. Messahel a été l'occasion  d'aborder un "large éventail" de questions économiques axées notamment sur  le volet de l'énergie. 

"Nous avons, par ailleurs, écouté l'expertise algérienne concernant la  situation dans la région notamment en Libye", a-t-il mentionné, soulignant  que "la coopération commune en matière de lutte antiterroriste et de  déradicalisation est importante pour l'Algérie et l'UE".