عربي   Français   English

 


  

Lutte contre le terrorisme: la Convention d’Alger de 1999 un important instrument de lutte commune contre ce fléau 04/07/2017

 



La convention africaine sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, signée à Alger en 1999, constitue un important instrument de lutte commune contre ce fléau sur le continent africain, indique le mémorandum du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, coordonnateur de l’Union africaine dans la prévention et la  lutte contre l’extrémisme violent en Afrique.

"La convention africaine sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, signée à Alger en 1999, constitue, à cet égard, l’aboutissement et l’expression de la forte prise de conscience africaine de la gravité de la menace terroriste pour le continents dans son ensemble et un important instrument de lutte commune contre ce fléau", souligne le mémorandum du président Bouteflika, présenté lundi au premier jour des travaux du 29e sommet de l’UA par le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune.

Il en est de même du Plan d’Action de l’Union Africaine pour la Prévention et la Lutte contre le terrorisme,  selon le mémorandum qui explique que  ce document a établi avec précision, et pour la première fois, une véritable feuille de route africaine de lutte contre le terrorisme, incluant les principaux domaines et dimensions de cette lutte, comme il a affiné les mandats et rôles du Conseil de Paix et de Sécurité ainsi de la Commission de l’Union Africaine dans cette lutte.

Il a aussi retenu la mise en place, à Alger, du Centre Africain d’Etudes et de Recherches sur le Terrorisme (CAERT), lequel s’est imposé au fil des années comme un précieux outil au service des pays africains dans leur lutte individuelle et collective contre le terrorisme, relève le mémorandum du Président Bouteflika.

Cette architecture, soutient le mémorandum, est confortée par la désignation d’un Représentant Spécial de l’Union Africaine pour la Coopération Anti-Terroriste ainsi que par l’entrée en fonction de l’Afripol, laquelle constitue une importante plateforme de coopération entre les polices africaines contre le terrorisme et le crime organisé transnational, et dont le siège est également à Alger.

L’important effort ainsi consenti par notre Continent durant les trente dernières années pour faire face et vaincre l’hydre terroriste nécessite d’être poursuivi et renforcé par de nouvelles mesures et de nouvelles initiatives adaptées à la nature mutante de la menace terroriste, aux changements intervenants régulièrement dans ses modus operandi et dans le développement et le renforcement de ses connexions avec le crime organisé transnational, recommande le mémorandum.

La 29eme Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA a débuté lundi à Addis-Abeba avec la participation du Premier ministre Abdelmadjid Tebboune qui représente le président de la République, Abdelaziz  Bouteflika, aux travaux de ce sommet.

 

Lutte contre le terrorisme: l’éradication de ce fléau nécessite des stratégies de prévention globales

 

L’extrémisme violent et le terrorisme sont aujourd’hui des menaces de portée globale, affirme le mémorandum du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, coordonnateur de l’Union africaine (UA) dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent en Afrique, qui souligne que leur élimination et leur éradication  requièrent des stratégies de prévention et de lutte de même nature et de même échelle.

"L’extrémisme violent et le terrorisme sont aujourd’hui des menaces de portée globale. Leur élimination et leur éradication requièrent des stratégies de prévention et de lutte de même nature et de même échelle", indique le mémorandum du président Bouteflika, présenté lundi au premier jour des travaux du 29e sommet de l’UA par le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune.

"L’Afrique a accompli des progrès indéniables dans cette voie" , selon le mémorandum qui soutient qu’ elle a "la ferme volonté de relever les défis que ces phénomènes font peser sur la sécurité et la stabilité de ses pays membres ainsi que sur les aspirations légitimes de ses peuples à la paix et à la sécurité, au développement, au bien-être et au progrès socioéconomique".

C’est dans cet esprit, relève-t-on, que sera approchée la mission de Coordonnateur de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme sur notre Continent , indiquant que cette mission se déploiera autour d’axes prioritaires de la lutte anti-terroriste tels que fixés respectivement par les instances compétentes de l’Union Africaine et par le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Elle portera notamment sur le développement de l’architecture africaine de lutte contre le terrorisme, le développement et l’enrichissement des normes africaines de lutte contre le fléau en s’inspirant des bonnes pratiques acquises par les autres régions et au niveau international, la prise en charge des combattants terroristes étrangers et de leur retour ou mouvements vers le continent africain, le resserrement et le tarissement des nombreuses sources de financement du terrorisme, y compris le secteur de l’informel, la lutte contre la radicalisation et les politiques de dé-radicalisation , note le mémorandum du président Bouteflika.

Ainsi, ajoute-on la nécessité d’améliorer les cadres politiques, institutionnels et judiciaires pour favoriser la démocratie, la bonne gouvernance, les droits de l’homme, la justice sociale, le développement socioéconomique et l’état de droit en tant que facteurs contribuant de façon déterminante à priver le terrorisme de terreaux qu’il sait savamment exploiter dans sa propagande. Il y a lieu aussi de développer la coopération bilatérale, régionale et internationale en matière de lutte contre ce fléau.

La 29eme Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA a débuté lundi à Addis-Abeba avec la participation du Premier ministre Abdelmadjid Tebboune qui représente le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aux travaux de ce sommet.