عربي   Français   English

 


  

M. Messahel souligne à Malabo la nécessité pour les Etats africains de sauvegarder leur unité 17/05/2017
 
 
Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union  africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a mis  en exergue mercredi à Malabo la nécessité pour les Etats africains de  "sauvegarder leur unité et leur cohésion dans leurs activités de promotion  et de défense de la position africaine commune", a indiqué un communiqué du  ministère des Affaires étrangères.
 
M. Messahel intervenait à Malabo, en Guinée Equatoriale, au Sommet du  Comité des Dix Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'UA sur la réforme du  Conseil de sécurité des Nations unies (C-10), tenu mardi et mercredi, en  tant que représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika,  a précisé la même source. 

Il a ajouté que "l'unité de la démarche et de l'objectif est un gage de  l'efficacité de l'action africaine et de son aboutissement dans le cadre  des négociations intergouvernementales", a indiqué la même source.
 
Le ministre a, dans le même temps, souligné l'importance pour ce Comité  d'entreprendre toute démarche "nécessaire afin de s'assurer de la prise en  charge de la revendication légitime de l'Afrique de se voir représentée  dans la catégorie des membres permanents du Conseil de Sécurité avec les  droits qui s'y rattachent".
 
Il a ajouté, à cet égard, que le rôle "important" que joue l'Afrique  aujourd'hui dans le règlement des crises et des conflits en Afrique plaide  en faveur d'une réforme "urgente" du Conseil de sécurité, en accordant une  "attention particulière" à la situation de l'Afrique, qui demeure "le seul  continent n'étant pas représenté dans la catégorie des membres permanents  du Conseil de sécurité". 

Le Sommet a été précédé par des réunions préparatoires au niveau des Hauts  fonctionnaires et des ministres des Etats membres du C-10 afin d'examiner l'état d'avancement des négociations intergouvernementales et de finaliser  le projet de la Déclaration de Malabo, qui est soumise pour approbation par  les Chefs d'Etat et de Gouvernement.
 
Le Sommet du C-10 a été l'occasion pour les Etats membres de réitérer leur  "attachement ferme" à la position africaine commune telle que définie dans  le Consensus d'Ezulwini et dans la Déclaration de Syrte. 

Le Sommet du C-10 a approuvé la Déclaration de Malabo qui vient conforter  les efforts de l'Afrique pour une prise en charge adéquate de sa  revendication légitime. Cette Déclaration sera soumise pour approbation à  la prochaine Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union  africaine.
 
Adopté en 2005 par l'Union africaine, le "Consensus d'Ezulwini" est  l'expression de la revendication des Etats membres pour une participation  "plus juste, plus équilibrée et plus représentative de l'Afrique, afin de  pouvoir assumer pleinement son rôle, au sein de la communauté  internationale, notamment dans le maintien de la paix à travers le monde".
 
Présidé par le président du Sierra Leone, Ernest Bai Koroma, le Comite des  Dix est composé de l'Algérie, de la Libye, de la République du Congo, de la  Guinée Equatoriale, du Kenya, de la Namibie, de l'Ouganda, du Sénégal, de la Sierra Leone et de la Zambie.