عربي   Français   English

 


  

M. Messahel salue la volonté des Libyens d'aller vers la paix loin de toute ingérence 26/04/2017

 





Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union  africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Massahel, a salué  mercredi à Alger la "volonté" du peuple libyen de voir la paix et la  sécurité s'instaurer à travers son pays, loin de toute ingérence étrangère.  
 
"il y a une volonté chez les Libyens d'aller vers la paix. Nous l'avons  constaté chez les simples citoyens, comme chez les responsables politiques.  

Je crois, aujourd'hui, que le travail de tout le monde n'est pas de nous  ingérer dans leurs affaires", a déclaré M. Messahel, au terme d'un  entretien avec le Représentant spécial du secrétaire général de l'Onu, chef  de la mission d'appui des Nations unies pour la Libye (Manul), Martin  Kobler.  

"Donc, la solution c'est qu'elle soit libyenne, et le jour où elle sera  libyenne, notre rôle c'est de la soutenir et de l'accompagner", a souligné  M. Messahel.     

Après avoir salué également la décision du retour de la Manul à Tripoli,  M. Messahel a ajouté que sa tournée effectuée récemment dans quelques  villes libyennes lui avait permis de constater qu'"entre les Libyens, la  vie est normale, dans toutes les villes que nous avons visitées, les gens  vaquent à leurs occupations. Ce n'est pas l'image qui est souvent relayée  par certains médias". 

Pour exemple, le ministre a évoqué la nuit passée, dans un hôtel à  Benghazi (est), avec la délégation qui l'accompagnait dans sa tournée, lors  de laquelle il a constaté de visu que "la jeunesse libyenne se voit et se  rencontre". 
"J'ai passé la nuit a l'hôtel à Benghazi, il y avait une équipe de  football, des jeunes en tenue sportive, qui nous disaient : nous sommes de  l'équipe d'El Ahly de Tripoli, venus à Benghazi pour jouer avec l'équipe  locale à l'occasion du 70eme anniversaire de la création d'El Ahly de  Benghazi. Ca, c'est symbolique...". 

M. Kobler effectue une visite en Algérie pour poursuivre la concertation  et les consultations continues entre l'Algérie et les Nations unies  concernant la crise libyenne. 

Il est notamment question d'examiner les derniers développements de la  situation en Libye et  l'état de mise en oeuvre de lÆAccord politique libyen  du 17 décembre 2015, a-t-on indiqué.