عربي   Français   English

 


  

L'Algérie condamne "vigoureusement" la lâche attaque terroriste perpétrée à Paris 21/04/2017

 

 

 

 

 
L'Algérie condamne "vigoureusement" la lâche  attaque terroriste perpétrée jeudi soir sur l'Avenue des Champs Elysées à  Paris, estimant que cet acte "criminel" montre encore une fois que la lutte  contre le terrorisme est une "tâche ardue" et de longue haleine qui appelle  une vigilance accrue, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des  Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Chérif. 

"L'Algérie condamne vigoureusement la lâche attaque terroriste perpétrée  hier soir sur l'Avenue des Champs Elysées à Paris. Au-delà de l'objectif  recherché par cette attaque terroriste, à travers la symbolique du choix de  l'endroit et du contexte politique en France, cet acte criminel montre  encore une fois que la lutte contre le terrorisme est une tâche ardue et de  longue haleine qui appelle une vigilance accrue, ainsi qu'une mobilisation  de moyens adéquats et une conjonction des efforts de toute la communauté  internationale pour venir à bout de ce fléau qui n'épargne aucune société,  aucun pays, ni aucune région dans le monde", a-t-il précisé. 

Il a indiqué que l'Algérie et la France dont "la coopération en matière de  lutte contre le terrorisme a atteint des niveaux élevés, sont appelés ainsi  que toute la communauté internationale à fédérer leurs énergies et à  renforcer leur coopération internationale en la matière pour venir à bout  de cette menace globale qui est dirigée contre l'ensemble de l'humanité". 

"Nous présentons nos condoléances à la famille de la victime et exprimons  notre sympathie avec celles des blessés, comme nous assurons de notre  solidarité le peuple et le gouvernement français", a souligné le  
porte-parole du MAE. 

Un policier a été tué et deux autres blessés par balles ainsi qu'une  passante sur les Champs-Elysées, l'une des plus belles avenues du monde  très fréquentée par les touristes, aux environs de 21 heures. L'agresseur,  dont l'identité est connue et vérifiée, selon le procureur de la République  de Paris, François Molins, a été abattu.