عربي   Français   English

 


  

M. Messahel appelle du Caire à l'accélération de réformes "radicales set globales" de la Ligue arabe 07/03/2017

 


 
Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a appelé mardi au Caire, à accélérer la réforme "radicale et globale" de l'organisation panarabe pour combler les lacunes enregistrées et assurer une adaptation aux mutations et exigences qui en découlent.   

"Les crises graves que connait la région arabe et résultant de conjonctures difficiles et de problèmes inextricables ont démontré l'incapacité de la Ligue arabe de traiter, résoudre les conflits voire, de gérer des crises sans précédent dans l'histoire de la région désormais menacées d'ingérence étrangère", a affirmé M. Messahel à l'ouverture des travaux de la 147ème session du conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe.  

Il a indiqué que cette situation "a influé négativement sur la performance du système de la Ligue arabe qui s'est traduit par un recul de ses rôle et poids dans les fora et cercles de prise de décision". 

Il a précisé également que "nous sommes aujourd'hui, arrivés à un carrefour où s'impose la nécessité de combler avec courage et responsabilité, les lacunes enregistrées ou alors nous continuons sur cette voie inféconde qui va à l'encontre d'une adaptation aux développements et leurs exigences aux plans stratégique, sécuritaire, politique, économique et social". 

"Pour cela, une accélération d'une réforme radicale et globale s'impose en opérant des changements pertinents sur l'action arabe commune afin de concrétiser la solidarité et l'entraide dans le but d'avancer, à pas sûrs, vers une intégration économique arabe susceptible de permettre aux peuples arabes d'atteindre leurs objectifs en matière de développement, de progrès et de prospérité", a-t-il poursuivi. 

M. Messahel a indiqué à cet effet, que "durant sa présidence du conseil ministériel de la Ligue arabe, l'Algérie accordera tout l'intérêt au suivi du processus de réforme de l'organisation et au développement de ses mécanismes de manière à conférer à l'action arabe commune davantage d'efficacité sans occulter la rationalisation de la gestion financière de ses structures et instances dans un contexte économique difficile qui en appelle à la définition des priorités". 

Jusqu'en septembre prochain, l'Algérie assurera la présidence du conseil ministériel de la Ligue arabe.  

A l'ordre du jour de cette session, figurent 28 points traitant de questions de l'heure à savoir les derniers développements en Libye, en Syrie et au Yémen, la question palestinienne et les moyens de lutte contre le terrorisme et le crime organisé transfrontalier.  

L'évolution des relations arabes avec les organisations internationales et régionales et l'élaboration du projet d'ordre du jour du sommet arabe prévu du 23 au 29 mars prochain en Jordanie seront également au menu.