عربي   Français   English

 


  

Intense activité de M. Lamamra en marge des travaux du Conseil exécutif de l'Union Africaine (MAE) 26/01/2017

 

 

 

 

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a eu, jeudi à Adis Abeba, une intense activité diplomatique en marge des travaux du Conseil exécutif de l'Union Africaine (UA).

L'élection du nouveau leadership de la Commission de l'UA a été au "centre des échanges" qu'a eus M. Lamamra avec ses homologues tchadien, Moussa Faki Mahamat, kenyane, Amina Mohamed, botswanaise, Pelonomi Venson Moitoi, zambien, Harry Kalaba, et djiboutien, Mohamed Ali Youssef.

Les consultations menées par le Chef de la diplomatie algérienne ont également, porté sur les "efforts de paix en Libye notamment durant ses échanges avec le ministre des Affaires étrangères d'Egypte, Sameh Shokri", précise-t-on. 

Les deux ministres ont également passé en revue l'état des relations bilatérales dans la perspective de la prochaine visite de travail à Alger du Chef de la diplomatie égyptienne. 

M. Lamamra a également rencontré la Présidente de la Commission africaine, Dr Nkosazana Dlamini Zuma, avec laquelle il a échangé sur l'état de l'Union et des efforts à déployer pour la consolidation de l'action de l'Organisation continentale.
 
Le ministre d'Etat a, à cette occasion, rendu "hommage" à Mme Zuma pour son action panafricaniste à la tête de la Commission de l'UA et pour son "engagement en faveur de la promotion et de la défense des valeurs et des intérêts collectifs de l'Afrique".     

Par ailleurs, le Conseil exécutif de l'UA a poursuivi ses travaux en examinant les questions relatives à la mise en oeuvre de l'Agenda 2063 de l'Union africaine.

A ce titre, les ministres des Etats membres sont convenus d'accorder une attention particulière à la stimulation de la coopération économique entre les Etats membres notamment à travers la finalisation de la mise en place de la zone continentale de libre échange.  

Le Conseil a, également, procédé à l'élection des membres de plusieurs organes de l'Union africaine.  

Dans ce cadre, la magistrate algérienne Bensaoula Chafika a été élue à une large majorité en qualité de juge à la Cour africaine des Droits de l'Homme et des Peuples.