عربي   Français   English

 


  

"La sécurité du Sahel est une partie intégrante de la sécurité régionale et internationale" 14/12/2016

 

 

 

 

 

 
 
La sécurité du Sahel est considérée comme partie intégrante de la sécurité régionale et internationale par l'Algérie qui appelle les pays de la région à conjuguer leurs efforts dans le cadre du respect de la souveraineté, l'indépendance, l'unité et les choix des pays, a affirmé mercredi à Alger le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Hassane Rabehi. 

"L'Algérie considère que la sécurité du Sahel est partie intégrante de la sécurité régionale et internationale. Sa préservation interpelle les pays de la région", a déclaré M. Rabehi à l'ouverture de la 10e réunion des points focaux du Centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme (CAERT) 
tenue à Alger. 
Compte tenu des contrecoups de la jonction du terrorisme et du crime transnational que subit la région du Sahel sous différentes formes à savoir: le trafic de drogues et d'armes, les kidnappings contre rançon ainsi que la migration illégale, "les pays de la région doivent conjuguer leurs efforts dans le cadre de l'Union africaine (UA) exigeant la mobilisation de la solidarité active de toute la communauté internationale dans le strict respect de la souveraineté, l'indépendance, l'unité et les choix librement exprimés par les pays concernés", a insisté M. Rabehi. 

A cet égard, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, a estimé qu'"il est important que les efforts bilatéraux, régionaux et internationaux visant à créer des plateformes de coopération judiciaire, de sécurité et d'échanges d'expériences, d'informations et de bonnes pratiques dans la lutte contre ce fléau soient encouragés" dans le cadre des travaux de cette rencontre sous les thèmes: "Architecture de sécurité nationale et mécanisme anti-terroriste" et "Coopération anti-terroriste". 

Il a, à cette occasion, souligné l'apport et la contribution sécuritaire de l'Algérie qui "déploie d'importants efforts et mobilise d'énormes ressources pour sécuriser l'ensemble de ses frontières dans la lutte qu'elle mène contre les résidus du terrorisme sur son territoire", ajoutant qu'elle " entretient des relations avec certains pays voisins et ne ménage aucun effort pour renforcer la coopération régionale contre la menace terroriste".  
"L'Algérie mesure l'importance des efforts qui doivent continuer d'être consentis inlassablement à l'échelle internationale, régionale et nationale en vue de s'adapter pour mieux combattre le phénomène de radicalisation, d'extrémisme violent ainsi que la menace des terroristes étrangers", a-t-il soutenu. 

Pour M. Rabehi "la mise en place du mécanisme CAERT par l'UA atteste de l'urgence de renforcer la coopération régionale dans ce domaine et l'adoption de recommandations concrètes visant à lutter contre la menace terroriste". 

La cérémonie d'ouverture s'est tenue en présence de M. Rabhi, des représentants des institutions de pays africains au CAERT, des organisations partenaires du CAERT, du Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA), Smail Chergui, du directeur du CAERT et représentant spécial de l'UA pour la coopération antiterroriste, Larry Gbevlo-LarteyEsq et de représentants du corps diplomatique accrédité à Alger. La 10e réunion des points focaux du CAERT est prévue sur trois jours. La dernière édition s'était tenue à Alger le 16 décembre 2015. 

L'Union africaine (UA) avait créé le CAERT, dont le siège se trouve à Alger, pour coordonner les efforts individuels et collectifs (entre pays d'Afrique) pour faire face à la menace terroriste, en émettant des recommandations.L'objectif étant aussi d'échanger des informations sur les mouvements des groupes terroristes, l'assistance judiciaire mutuelle et l'échange d'études et d'expertises.