عربي   Français   English

 


  

Distinctions de l'UA à l'Algérie, un hommage aux efforts de l'Algérie dans la promotion de la femme (Messahel) 20/07/2016

 


Les deux distinctions octroyées par l'Union africaine (UA) à l'Algérie sont un hommage aux efforts de l'Algérie dans la promotion de la femme dans des domaines "vitaux" tels que la santé, l'éducation, la justice et la communication, a indiqué mercredi le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel.

"C'est une reconnaissance à la politique menée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, depuis des années, dans la promotion de la femme dans les quatre secteurs vitaux pour un pays", a précisé M. Messahel à la Radio algérienne.

L'Algérie a été distinguée lors de la 27ème sommet de l'UA à Kigali (Rwanda).

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a représenté le président Bouteflika aux travaux de cette conférence continentale.

Il a expliqué que la double distinction octroyée par l'UA à l'Algérie pour le développement social et le second, le "Prix des Prix" a été décerné "en reconnaissance pour sa performance en matière de promotion du rôle de la femme dans le développement politique, économique et social".

"C'est un grand évènement d'autant que l'Afrique a décidé en 2010 de lancer une décennie sur le thème les droits de l'homme et particulièrement les droits de la femme", a-t-il dit.

Il a expliqué que trois pays ont été primés. Il s'agit de l'Algérie qui a reçu le premier prix consacré aux questions liées à la promotion des droits sociaux de la femme, du Rwanda qui a obtenu un prix consacré aux droits politiques de la femme et de l'Afrique du Sud dont le prix est lié aux droits économiques de la femme.

L'Algérie s'est distinguée particulièrement par le "Prix des Prix" qui englobe ces trois catégories de prix.  

       

Le choix des pays a été décidé par un panel d'éminentes personnalités composées d'experts du PNUD, de la Commission économique africaine, de la Banque africaine du développement, de la Banque mondiale, de la société civile et de la Commission africaine des droits de l'homme.

C'est un panel qui a travaillé sur des critères universels. Ils ont observé 54 pays pendant ces dernières années concernant le thème de la décennie sur les droits de l'homme, particulièrement les droits de la femme.

M. Messahel a indiqué que ces prix sont un hommage rendu aux efforts de l'Algérie dans les secteurs de la Santé, de l'Education, de la Justice et de la Communication.

Il a relevé que 62% du personnel dans le secteur de la Santé sont des femmes, en Education, le nombre d'enseignantes est passé à 68% actuellement, dans le domaine de la Justice, il y a plus de 43% de femmes magistrats, et dans le secteur de la communication, 51% des journalistes sont des femmes.

Interrogé, par ailleurs, sur les questions évoquées lors des visites qu'il a effectuées en Russie et en Italie, M. Messahel a indiqué que la lutte anti-terroriste, est l'un des vecteurs essentiels de notre diplomatie.

"Aujourd'hui, il y a une menace sur l'humanité toute entière, donc il y a une riposte globale" et l'Algérie, de par l'expérience qu'elle a vécue, est en train d'apporter cette expérience et de la partager avec d'autres pays", a-t-il ajouté, soulignant que "l'Algérie est très sollicitée dans ce domaine".

Ces deux visites "rentrent dans le cadre de ces mécanismes de concertations sur les plans sécuritaires et stratégiques mais nous avons mises en place", a-t-il dit.

"Nous avons des mécanismes de concertation, de coordination, d'échanges d'informations et de vues, et d'actions avec de grands pays sur cette question", a-t-il dit, rappelant que l'Algérie a eu des rencontres sur ces questions "avec nos partenaires américains, français et britanniques".

Sur la situation en Libye, il a rappelé la réunion à Tunis sur le dialogue politique pour essayer d'avancer les choses. 

"Les choses avancent mais lentement. Mais il y a des acquis irréversibles, comme l'accord politique qui a été signé en décembre dernier par toutes les parties prenantes libyennes et la mise en place d'un Conseil du gouvernement d'union nationale", a-t-il rappelé, soulignant la nécessité d'accompagner ce gouvernement. 

 

Sur la montée de l'islamophobie, M. Messahel a indiqué que cette montée "est un facteur de radicalisation".