عربي   Français   English

 


  

Lamamra souligne l'"importance" et l'"intérêt" qu'accorde l'Etat algérien à ses ressortissants vivant à l'étranger 26/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a souligné dimanche à Alger, l'"importance" et l'"intérêt" qu'accorde l'Etat algérien à ses ressortissants vivant à l'étranger.

 

M. Lamamra qui a effectué une visite au port d'Alger et participé à une cérémonie d'accueil des membres de la communauté nationale à l'étranger, en provenance de Marseille à bord du Ferry Tarik Ibn Ziyad, a précisé que l'accueil des compatriotes résidents à l'étranger par des membres du Gouvernement se veut "une bonne pratique de la part de l'Etat pour honorer le phénomène civilisationnel que constitue le retour régulier de nos compatriotes au pays".

 

Le ministre a, à cette occasion, salué les contributions "significatives" que la communauté à l'étranger n'a pas cessé d'apporter au pays, et ce, en se plaçant résolument, a-t-il dit, aux avant-postes des actions entreprises pour satisfaire les aspirations légitimes de la nation algérienne dont elle est partie intégrante, a fait savoir le MAE.

Pour M. Lamamra, l'importance et l'intérêt qu'accorde l'Etat algérien à ses ressortissants vivant à l'étranger trouvent leurs fondements dans la contribution "exemplaire de notre communauté à la lutte de libération nationale et sont consacrés par les constitutions successives de notre pays".

 

"C'est dire que l'action multiforme des institutions de l'Etat et tout particulièrement celle du gouvernement n'est ni sectorielle ni conjoncturelle. Elle est globale et permanente. Elle trouve une source d'inspiration dans les propositions, doléances et aspirations légitimes de nos ressortissants à l'étranger pour pouvoir, à chaque fois que cela est possible, s'adapter, s'améliorer et gagner en efficacité".

 

Cette action s'inscrit en droite ligne des orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika au gouvernement qui soulignent l'"impératif" de la prise en charge des préoccupations de nos ressortissants résidants à l'étranger et de faciliter au mieux leur gestion administrative et leur protection consulaire.

 

Il a également rappelé les décisions prises, au cours des dernières années, pour lutter contre la bureaucratie et la simplification des procédures administratives tant à l'intérieur du pays qu'en dehors des frontières nationales.

 

C'est dans ce cadre que le MAE s'est engagé dans un "ambitieux" programme de simplification des procédures mais également, et de manière plus générale, est-il souligné, "dans un vaste effort d'amélioration des relations avec nos ressortissants à l'étranger, en coopération avec tous les départements ministériels compétents".

 

"Cette action est naturellement perfectible et le gouvernement est conscient des insuffisances qui existent encore qu'elles soient liées à la réglementation, aux moyens humains et matériels, à l'accueil où à la notion de service public", est-il fait remarquer.

 

"Néanmoins, il faudrait, pour une appréciation objective, avoir à l'esprit les contraintes spécifiques à une gestion qui se déploie aux quatre coins du monde, qui doit respecter les conventions internationales et la réglementation des pays d'accueil et qui concerne un nombre considérable de ressortissants immatriculés et non immatriculés", lit-on dans le communiqué.

Selon le MAE, certains des consulats algériens gèrent, dans des conditions qui exigent des efforts soutenus, entre 120 et 200.000 ressortissants, ce qui est l'équivalent, est-il précisé, des habitants d'une ville moyenne en Algérie.

Il a, à ce propos, fait état d'un certain nombre de mesures de simplification et de facilitation dont la communauté bénéficie au cours des deux dernières années avec l'ouverture de nombreux chantiers.

 

Ainsi, le MAE a relevé l'amélioration des conditions d'accueil à travers l'acquisition, la rénovation et l'équipement de nouvelles chancelleries (Grenoble, New York, Frankfurt, Créteil, Marseille, Londres) et le renforcement des postes consulaires et principalement en France, en personnel et l'aménagement des horaires de travail afin de répondre à une demande de plus en plus grandissante.

 

Les représentations diplomatiques et consulaires ont été instruites, dans le but de rapprocher le service public aux ressortissants, pour déployer des bureaux consulaires itinérants afin d'aller à la rencontre de nos compatriotes dans les régions et villes éloignées (Canada, USA, Australieà), pour l'accomplissement des formalités nécessitant la présence physique des personnes concernées.

 

Concernant les mesures prises pour la simplification des procédures administratives, le ministère a cité l'acte de naissance 12S nécessaire qui s'obtient actuellement via internet, le certificat de nationalité et le casier judiciaire obtenus par voie électronique par le canal des ambassades et consulats, l'introduction, en attendant l'adoption du projet de loi modifiant le code de

l'état civil, des demandes de rectification des erreurs des actes de l'état civil des citoyens établis à l'étranger, par voie électronique, via les postes diplomatiques et consulaires.

Le ministère a cité aussi la réduction significative des délais d'obtention du passeport biométrique, passant de deux mois en 2014 à plus ou moins deux semaines, la dispense de présence des enfants de moins de 12 ans lors de l'introduction de la demande du passeport biométrique et la prise en compte de la photo scannée en remplacement de la photo non conforme prise sur les lieux.

 

Parmi d'autres mesures de facilitations prise par le MAE sont la mise en ligne d'un portail dédié au ressortissant lui permettant de suivre l'évolution de sa demande de passeport, et éventuellement de transmettre une nouvelle photo au cas où la première est rejetée, le nouveau passeport biométrique a une durée de validité de 10 ans et l'accès en Algérie sous couvert d'un passeport étranger et d'une carte nationale d'identité, mesure prolongée exceptionnellement jusqu'au 31 octobre 2016.

Les ressortissants à l'étranger bénéficient également, depuis février 2016, de la possibilité d'obtenir, en cas de nécessité, un passeport d'urgence qui pourrait leur être délivré par les ambassades et consulats ainsi que par le MAE en moins de 24 heures.

 

"D'autres actions en matière de modernisation, d'informatisation et de formation des personnels sont en cours et seront systématisées à l'avenir pour instaurer une véritable E-administration".

 

"Ce travail ne peut se faire sans la compréhension et la précieuse contribution de notre communauté et nous souhaitons la voir prendre toute sa place dans les efforts de modernisation et de développement de notre pays", a déclaré M. Lamamra.

 

Ont pris part également à la cérémonie d'accueil de membres de la communauté nationale à l'étranger, M. Boudjema Talai, ministre des Travaux publics et des Transports, le Général Major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté Nationale, M. Kaddour Bentahar, directeur général des Douanes et M. Abdelkader Zoukh, Wali d'Alger.

 

M. Talai a, à cette occasion, fait état de perspectives de renforcement et de modernisation du pavillon national. Il a également indiqué que les ressortissants à l'étranger bénéficient d'un abattement de 35% sur le tarif des billets de passage.