عربي   Français   English

 


  

L'Algérie déterminée à poursuivre le renforcement de ses relations avec les Etats-Unis 19/06/2016

 

 

L'Algérie est déterminée à poursuivre ses efforts de développement économique et humain, à consolider sa démocratie et à poursuivre le renforcement de ses relations avec les Etats-Unis d'Amérique, grâce à une "coopération étroite et des liens solides" dans tous les domaines, a indiqué l'ambassadeur d'Algérie à Washington, Madjid Bouguerra.

"L'Algérie et les Etats-Unis entretiennent une coopération forte dans le domaine sécuritaire élargi, où l'Algérie contribue une expérience inégalée de lutte contre le terrorisme, des perspectives et analyses inestimables sur les groupes terroristes, et l'expérience dérivée de la mise en œuvre réussie de programmes de lutte contre l'extrémisme et de dé-radicalisation", a précisé le diplomate dans un article intitulé "Strong U.S. Ally in a Chaotic Région" publié par le journal américain en ligne "The Cipher Brief".

Dans cet article qui porte sur la situation en Algérie et les relations algéro-américaines, M. Bouguerra a ajouté que "l'Algérie, qui est un partenaire et allié fiable et efficace, est aujourd'hui l'image de la stabilité et de la sécurité".

Il a rappelé, à cet égard, que l'Algérie et les Etats-Unis "ont mis en place des instruments permanents destinés à renforcer leurs relations, notamment le dialogue stratégique qui les lie et qui a déjà tenu trois sessions, qui se sont tenues en alternance dans les capitales des deux pays".

Sur le plan économique, il a affirmé que l'Algérie, malgré la chute des cours du pétrole ayant provoqué une "réduction de moitié" de ses recettes dérivées de son secteur pétrolier, "est bien loin de s'effondrer".

"Pendant longtemps, l'Algérie s'est évertuée à accumuler des avoirs énormes, lesquels, s'ajoutant à une gamme de ressources naturelles considérable, ont contribué à amortir le choc de la chute brutale des cours du pétrole", a-t-il expliqué.

"C'est grâce à une politique macroéconomique prudente que l'Algérie a réussi à accumuler des réserves de change confortables, de l'ordre de 145 milliards de dollars US, qui lui ont permis d'amortir les effets de la chute des prix du pétrole", a-t-il soutenu.

Il a cité, dans ce sens, un rapport du Fonds monétaire international (FMI), rendu public au début de l'année en cours, soulignant "l'impact limité de la chute des cours du pétrole sur la croissance de l'économie algérienne".

Ce rapport explique que "les marges accumulées par le passé ont permis à l'Algérie de mener l'ajustement au choc provoqué par la chute des cours du pétrole de manière progressive et de reconfigurer son modèle de croissance", a-t-il ajouté.

Sur le volet sécuritaire, l'ambassadeur Bouguerra a affirmé que l'Algérie, "leader régional respecté et engagé" en faveur de la paix et de la sécurité, est "fermement convaincu" que la sécurité est une préoccupation commune et que sa propre sécurité est très étroitement liée à la sécurité de son voisinage immédiat".

Il a rappelé, à cet égard, que l'Algérie a apporté un "soutien actif, ferme, et inébranlable à la Tunisie, notre voisine à l'est, avec laquelle nous entretenons une forte coopération dans la lutte contre le terrorisme, qui a produit des résultats tangibles".

"Au Mali, notre voisin au sud, l'Algérie a joué un rôle déterminant lorsqu'elle a rassemblé autour d'une table de négociation les représentants du gouvernement malien et ceux des groupes rebelles du nord du pays et réussi à parvenir à un accord de paix", a-t-il relevé.

"L'Algérie est également engagée sur son flanc est, déployant des efforts importants destinés à aider la Libye à émerger d'une situation chaotique", a-t-il encore rappelé.

M. Bouguerra a indiqué, par ailleurs, que la paix et la stabilité sont "profondément enracinées en Algérie, grâce à des décisions législatives et politiques audacieuses lancées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, notamment la Charte pour la paix et la réconciliation nationale".

L'Algérie a également lancé des "programmes ambitieux, destinés à réformer ses systèmes politique, économique et social, en vue de reconstruire son économie, consolider la démocratie, la bonne gouvernance et l'Etat de droit, et promouvoir les droits humains, et particulièrement, les droits de la femme, a-t-il ajouté.