عربي   Français   English

 


  

Accord de paix au Mali: nouveau départ pour concrétiser les exigences de paix et de réconciliation 18/06/2016

 

 

Le ministre d'Etat ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra a affirmé samedi à Alger que "le premier anniversaire de la signature de l'accord de paix et de réconciliation nationale au Mali marquera un nouveau départ avec le même esprit constructif pour la concrétisation de toutes les exigences de paix et de réconciliation".

 

"Il y a une volonté et une large vision stratégique pour accélérer le rythme de mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, par l'ouverture de nouvelles perspectives et une coopération étroite et par une plus forte participation des parties signataires de l'accord: le Gouvernement et les mouvements maliens", a affirmé M. Lamamra dans une déclaration à la presse à l'issue d'une rencontre avec le représentant de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), Bilal Ag Cherif.

 

"Au regard de ce qui a été entrepris précédemment à travers les visites de responsables maliens de la Coordination, de la plate-forme et du gouvernement, nous pensons que le premier anniversaire de la signature de l'accord constituera l'occasion d'un nouveau départ dans le même esprit constructif visant à concrétiser toutes les exigences de paix et de réconciliation", a ajouté M. Lamamra.

 

Il a, dans ce sens, évoqué sa visite prévue au Mali à partir de lundi, au cours de laquelle il entreprendra des contacts à Bamako et présidera la réunion du Comité de suivi de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, présidé par l'Algérie.

 

Prendront part à la réunion du Comité, M. Bilal Ag Cherif ainsi que d'autres leaders des mouvements de la CMA et tous les acteurs internationaux participant au groupe de médiation internationale dont l'Algérie est chef de file, a indiqué M. Lamamra.

 

La rencontre de Bamako sera une occasion pour "évaluer les réalisations accomplies un an après la signature de l'accord et relever les difficultés qui ont entravé la cadence de sa mise en œuvre", a ajouté le chef de la diplomatie.

 

"Nous insistons sur la paix et la réconciliation de même que nous soulignons l'impératif d'améliorer les conditions de vie des habitants de ces régions et de mieux répondre à leurs revendications objectives", a-t-il dit soulignant qu'un "effort s'impose aussi bien pour le développement, les aides humanitaires et l'investissement que pour la création d'infrastructures économiques productives dans ces vastes régions".

 

M. Lamamra a également mis l'accent sur l'importance du "soutien aux efforts visant à vaincre le terrorisme et le crime organisé transfrontalier, particulièrement dans cette région, à la faveur de l'apport de tous, tant en ce qui concerne la ‘Minusma’ qu'en ce qui a trait aux forces locales ‘Armée malienne’ et ‘Mouvements politico-militaires’ connus dans la région".

 

 

La réunion de Bamako "sera marquée par des réalisations nouvelles et des pas positifs vers la concrétisation des objectifs escomptés en lesquels nous croyons tous", a-t-il souligné.