عربي   Français   English

 


  

Le nouveau siège du Consulat de Créteil inauguré 28/05/2016

 

 

 

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a procédé samedi à l’inauguration officielle du somptueux nouveau siège du Consulat à Créteil (Val-de-Marne), qui vient d’être transféré de Vitry-sur-Seine.

La cérémonie s’est déroulée en présence du préfet de Val-de-Marne, Thierry Leleu, du maire de Créteil, Laurent Cathala, de l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjamaâ, et des chefs de postes consulaires en France.

L’inauguration de ce nouveau siège, d’une superficie de 3500 m2, s’inscrit, selon une présentation distribuée à la presse "dans le cadre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, consistant à l’amélioration de la prise en charge de la communauté nationale à l’étranger" qui prévoit "l’assouplissement des procédures consulaires, l’amélioration des conditions d’accueil et le renforcement de la protection consulaire et judiciaire".

En compagnie des autorités locales françaises, le ministre d’Etat a visité les locaux et les services consulaires qui étaient en pleine activité en recevant, en ce jour de repos, les membres de la communauté algérienne, grands et petits, venus régler leurs problèmes administratifs (passeport biométrique, carte nationale d’identité, état civil, etc...).

 

De conception moderne, le siège est très fonctionnel

 

De conception moderne, le nouveau siège, très fonctionnel, offre aux membres de la communauté nationale un cadre agréable et sont accueillis dans d’excellentes conditions, comme a pu constater le ministre d’Etat qui a longuement, au cours de sa visite des services, discuté avec de nombreuses algériennes et algériens qui n’ont pas manqué de lui exprimer leur "satisfaction".

"Nous sommes bien accueillis, c’est fluide, il n’y a pas de problème et les choses se déroulent convenablement", lui a confié une concitoyenne qui attendait son tour pour déposer son dossier de passeport.

Dans une intervention, à l’issue de sa visite, le ministre d’Etat a transmis les "chaleureuses salutations" du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aux membres de la communauté algérienne à l’étranger, saisissant l’occasion pour les "remercier de leur soutien à votre pays et aux différentes initiatives prises en Algérie pour la réalisation du programme du gouvernement et le développement des relations entre l’Algérie et la France". 

A l’instar du nouveau siège du consulta de Créteil, le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a souligné que les édifices publiques algériens symbolisent la souveraineté de l’Etat algérien à l’étranger. "Ils doivent être fonctionnels, hospitaliers et constituer un havre de la culture algérienne et de la convivialité harmonieuse entre tous nos compatriotes", a-t-il dit. 

Il a révélé qu’il existe un programme s’étalant sur deux années qui vise à améliorer les édifices publics de l’Algérie à l’étranger. 

"Beaucoup de réalisations appréciables ont été faites (dans ce sens). L’Etat algérien a acquis beaucoup d’édifices. Partout, nous sommes animés du souci de projeter l’image la plus positive, la plus attrayante de notre pays. Nous sommes animés de la volonté de garantir à nos compatriotes, qui sont les principaux bénéficiaires des prestations de services de nos postes consulaires, le meilleur accueil, dans la dignité, la performance, la diligence", a-t-il précisé.

 

Les consulats appelés à développer les relations de coopération

 

Il a indiqué que les consulats, après le parachèvement de l’opération passeport biométrique, recevront des personnes "qui ne sont pas algériennes, mais qui sont intéressées au plus haut point par le développement des relations de coopération".

"De plus en plus, il y aura des personnes des communautés d’affaires qui viendront s’informer des opportunités d’investissement et de partenariat en Algérie et, de plus en plus, nos postes consulaires seront amenés à jouer un rôle dans les relations économiques et sociales de l’Algérie", a-t-il indiqué.

Pour sa part, l'ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjamaâ, a expliqué que ces nouveaux locaux du consulat de Créteil, sont une "vielle revendication de la communauté dans cette circonscription et le résultat d’une instruction très ferme du ministre d’Etat".

Le ministre, rappelle-t-on, avait rendu visite, en décembre dernier, au consulat de Nanterre où il s’était élevé contre les conditions d’accueil des Algériens qui formaient des queux aux abords du consulat.

L’ambassadeur a également rappelé l’instruction du président de la République et du gouvernement pour la simplification des procédures administratives en Algérie et, par extension, pour la communauté nationale à l’étranger. 

"Nous avons, dans ce sens, un programme à réaliser sur deux ans qui devra nous permettre à rendre plus fluide la relation entre notre communauté ici en France et de manière générale à l’étranger", a-t-il expliqué.

Trop exiguë, l’ancien siège, situé à Vitry, n’offrait ni les conditions d’accueil ni les conditions de travail pour le personnel, dans les départements français de Nièvre (58), Seine et Marne (77), Yonne (89), Essonne (91), Val de Marne (94), ce qui avait engendré, il y a quelques temps, beaucoup de retard dans le traitement des passeports biométriques des citoyens algériens.

Il faut signaler que l’ouverture de ce nouveau siège intervient après celles acquises récemment à Grenoble, Nanterre et Strasbourg, dans l’attente d’autres projets similaires, notamment celui du Consulat général de Paris qui devra quitter l’actuel siège (rue d’Argentine, Paris 16) pour Nation (Paris 11). 

La facilité de voyager vers l’Algérie avec la carte d’identité prorogée

 

Par ailleurs, la facilité de voyager en Algérie avec la présentation d’un passeport d’une nationalité étrangère et de la carte d’identité nationale pour les membres de la communauté algérienne à l’étranger, n’ayant pas encore établi de passeport biométrique, a été prorogée, a indiqué le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

"Le gouvernement a été appelé à prendre, dans des conditions particulières, la décision de permettre à ceux des compatriotes, qui n’ont pas encore leur passeport biométrique, s’ils disposent d’un autre passeport d’une autre nationalité, de pouvoir entrer en Algérie sur la base du passeport étranger et de la carte d’identité nationale", a déclaré le ministre d’Etat aux quelques membres de la communauté nationale à Créteil, lors de l’inauguration du nouveau siège du consulat.

Il a averti que cette "facilité exceptionnelle n’a pas vocation d’être permanente".

"Nous savons que certains Algériens, un petit nombre, pourraient être dans la situation où il souhaite bénéficier de cette facilité. A titre tout à fait exceptionnel, la mesure est prorogée pour une courte période", a-t-il expliqué. 

"Ainsi, tous les compatriotes qui souhaitent entrer en Algérie, notamment pour la période du ramadan qui est propice aux voyages ont cette possibilité", a-t-il ajouté, soulignant que le gouvernement algérien a "à cœur" de servir ses compatriotes dans d’autres circonscriptions, d’autres villes et d’autres pays".  

M. Lamamra a également annoncé que d’autres dispositions seront prises par d’autres entreprises algériennes, sans donner de détail, assurant qu'Air Algérie, entre autres, "travaille pour que les choses s’améliorent d’une manière générale".