عربي   Français   English

 


  

Lamamra salue les réformes politiques et institutionnelles au Mali dans le cadre de l'Accord de paix 15/05/2016

 

 

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a salué dimanche à Alger, les réformes politiques et institutionnelles réalisées par le Mali à la faveur de la mise en oeuvre de l'Accord paix et de réconciliation dans ce pays.

Dans un entretien accordé à l'APS, à l'occasion du premier anniversaire de la signature de cet Accord, le ministre s'est félicité de la mise en place des Agences de développement régional (ADR), prévues par l'Accord.

Ces réformes ont également permis la nomination et l'installation des gouverneurs des deux régions nouvellement créées, Taoudénit et Ménaka, de même que l'adoption en cours par l'Assemblée nationale malienne des projets de textes relatifs aux autorités intérimaires, conformément aux dispositions y afférentes de l'Accord, a expliqué le ministre.

Il a relevé dans le même sens que "la validation par la Cour constitutionnelle de la loi relative aux autorités intérimaires contribuera à faciliter la mise en place des autorités intérimaires et à favoriser l'avancement du processus de mise en œuvre de l'Accord".

Pour le chef de la diplomatie algérienne, ces réformes se traduisent aussi par l'amorce de la révision constitutionnelle, à travers l'élaboration de projets de décrets destinés à prendre en charge les dispositions de l'Accord relatives à la création de la deuxième chambre du parlement.

Dans le domaine de la défense et de la sécurité, M. Lamamra a mis en exergue la création du cadre institutionnel de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) et la nomination d'un commissaire à la RSS, la création de la Commission nationale désarmement-démobilisation-réinsertion (CN-DDR) et de la Commission d'intégration (CI).

Ces avancées se traduisent aussi par l'identification des 24 sites à viabiliser par la MINUSMA pour le cantonnement des combattants et début de réalisation de trois sites à Likrakar, Fafa et Inegar, ainsi que l'accord pour la construction de cinq autres sites et la réalisation de la première patrouille mixte (Forces Armées Maliennes, Plateforme et CMA), formule susceptible d'évoluer, selon le vœu des parties elles-mêmes, vers des "unités mixtes", a encore précisé le ministre.

M. Lamamra a également relevé les "progrès appréciables" enregistrés dans le domaine du développement économique, social et culturel, notamment, a-t-il dit, la poursuite des actions de développement sur le terrain là où les conditions de sécurité le permettent, à travers des projets et programmes sectoriels.

Il a cité en outre l'organisation de la Conférence de Paris, le 22 octobre 2015, pour la mobilisation des fonds nécessaires à la mise en œuvre de l'Accord (des annonces de contribution ont été faites pour un montant de 3,2 milliards d'euros) ainsi que la réalisation de la Mission d'Evaluation Conjointe (MIEC) sur le Nord du Mali dont le rapport final vient d'être communiqué aux parties maliennes.

Toujours dans le cadre des progrès enregistrés par l'Accord dans le domaine du développement économique, social et culturel, le chef de la diplomatie algérienne a évoqué l'élaboration de la Stratégie Spécifique de Développement des Régions du Nord du Mali (SSD/NM), dont la première mouture est déjà prête, précisant que le gouvernement (malien) envisage d'organiser des missions de sa restitution sur le terrain.

Dans le même sillage, il a rappelé la tenue d'une concertation (les 24 et 25 mars 2016) sur le financement des infrastructures pour le désenclavement des régions du Nord du Mali, soulignant que cinq projets routiers et 5 cinq autres projets aéroportuaires ont été soumis.

Amélioration des conditions de vie des populations du Nord du Mali

Enclenchant sur le volet portant justice, réconciliation nationale et questions humanitaires, M. Lamamra a relevé plusieurs initiatives de nature à contribuer à une amélioration des conditions de vie des populations du Nord du Mali.

Il a expliqué que la relance des services sociaux de base dans les régions du Nord a constitué l'une des "priorités majeures" de l'action du gouvernement du Mali, à travers, notamment, la réouverture des écoles dans certaines villes dont Kidal et la mise en oeuvre d'une stratégie et d'un plan d'action en faveur du retour des réfugiés et des personnes déplacées.

M. Lamamra a également relevé le démarrage effectif des travaux de la Commission Vérité-Justice et Réconciliation (CVJR) pour améliorer le caractère inclusif de cet organe et accroître la représentation des mouvements.

Le ministre a en outre évoqué les préparatifs de la Conférence d'entente nationale, soulignant aussi que la mise en œuvre de cet Accord a permis d'engranger, la rencontre d'Anefis, suivie d'autres rencontres dans d'autres villes maliennes, entre les représentants du gouvernement malien et les plus hauts dirigeants politico-militaires des mouvements.

"Ce canal de communication a joué un rôle-clé dans le règlement des contentieux inter et intra-communautaires et dans le respect du silence des armes dans les régions du Nord du Mali", a-t-il conclu.