عربي   Français   English

 


  

L'Algérie attachée au développement d'un dialogue "responsable et fructueux" avec l'OTAN 13/04/2016

 

 

 

 

 
L'Algérie est "attachée" au développement d'un dialogue "responsable et fructueux" avec l'Organisation du traité de l'Atlantique du nord (OTAN).

Cette position a été exprimée lors d'une audience accordée par le secrétaire général du MAE, Hassan Rabehi, à une délégation de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN (AP/OTAN), qui effectue une visite en Algérie, du 12 au 14 avril à l'invitation de l'Assemblée populaire nationale, a précisé la même source.

M. Rabehi a exprimé, à cette occasion, "l' attachement" de l'Algérie au développement d'un dialogue "responsable et fructueux" avec cette Organisation notamment sur les questions régionales liées à la sécurité et à la stabilité dans la région "soumise à des défis multiples qui nécessitent une plus grande concertation et synergie dans le cadre d'une approche globale, inclusive et coopérative".

Il a rappelé également "l'évolution qualitative" de la coopération bilatérale au titre du dialogue méditerranéen de l'OTAN.

Le SG du MAE, après avoir souligné que depuis son adhésion au groupe sur la sécurité et la défense de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN (GSM), en mai 2015, a relevé avec "satisfaction le renforcement" du dialogue parlementaire en tant que "vecteur important" de contribution à la "promotion des idéaux de paix et de sécurité" dans l'espace euro-méediterranéen.

M. Rabehi a rappelé le rôle qu'assume l'Algérie dans la contribution "effective" à la sécurité et la stabilité dans la région, étayé par la conduite avec "succès" de la médiation internationale au Mali, l'accompagnement en tant que pays voisin de l'effort onusien de sortie de crise en Libye et la lutte contre le terrorisme international.

Il a noté, par ailleurs, lors de cette rencontre que l'Algérie avait adhéré, en mars 2000, au dialogue méditerranéen de l'OTAN dans l'objectif "d'asseoir les bases d'une sécurité collective régionale fondée sur l'indivisibilité de la sécurité en Méditerranée, approche qu'elle n'a cessé de défendre depuis la conférence d'Helsinki de l'ex-CSCE 1975, devenue OSCE".