عربي   Français   English

 


  

M. MESSAHEL souligne "l'injustice historique" faite à l'Afrique dans le composition du Conseil de sécurité 07/02/2009

 

M. MESSAHEL souligne "l'injustice historique" faite à l'Afrique dans le composition du Conseil de sécurité 


Le Ministre Délégué Chargé des Affaires Maghrébines et Africaines, M. Abdelkader MESSAHEL, a souligné l'"injustice historique" faite à l'Afrique dans la composition du Conseil de sécurité des Nations unies et la nécessité pour la communauté internationale de procéder à la "réparation de ce déni de droit". 

M. MESSAHEL, qui s'exprimait à la réunion ministérielle sur la réforme du Conseil de sécurité, jeudi à Rome, à rappelé, à cet effet, la position africaine commune sur cette question qui s'appuie sur les décisions de l'Union africaine (UA), notamment le "Consensus d'Ezulwini", à travers lequel le continent revendique deux sièges permanents avec droit de véto et deux sièges non permanents sur la base de la rotation. 

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines a informé les participants à cette réunion que le 12ème sommet de l'UA, dont les travaux ont pris fin mercredi, a réaffirmé la pertinence de la position africaine commune et chargé son comité, composé de dix pays dont l'Algérie, de "mener au nom de l'Afrique les négociations internationales par les biais de leurs représentants permanents à New York". 

L'observation de M. MESSAHEL sur cette injustice historique faite à l'Afrique et la nécessité de réparer ce déni de droit a été reprise par le ministre des Affaires étrangères italien, M. Franco Frattini, dans ses conclusions à la fin de la réunion. 

La réunion ministérielle de Rome sur la réforme du Conseil de sécurité qui s'est tenue à la veille du lancement des négociations intergouvernementales, le 19 février prochain, a vu la participation de 79 pays. 

Elle a permis de "promouvoir des discussions approfondies sur les principes dont pourrait s'inspirer la réforme du Conseil du sécurité des Nations unies" et d'"identifier des lignes d'action concrètes pour contribuer à une réforme globale et donner, ainsi, l'orientation politique nécessaire au processus de négociation pour en assurer la réussite".