عربي   Français   English

 


  

L'Algérie assume le statut de terre de refuge pour les personnes persécutées 05/11/2009

 

L'Algérie assume le statut de terre de refuge pour les personnes persécutées 


Le représentant permanent de l'Algérie auprès des Nations unies, M. Mourad BENMEHIDI, a affirmé à New York que l'Algérie assume "avec responsabilité son statut de terre de refuge pour les personnes persécutées et désireuses de retrouver leur liberté". 

M. BENMEHIDI, qui s'exprimait devant la 3ème commission des Nations unies, sur la question des réfugiés, a souligné que l'Algérie "accueille depuis plus de trois décennies les réfugiés du Sahara occidental, qui figurent parmi les 30 situations de réfugiés prolongées à travers le monde". 

A ce sujet, il s'est réjoui de la récente visite dans les camps de réfugiés sahraouis du Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres, qui a constaté de visu la situation de malnutrition et de dénuement dont souffre cette population, a-t-il dit. 

Il a ajouté que M. Guterres a également constaté "l'insuffisance" de l'aide apportée pour couvrir les besoins essentiels des réfugiés sahraouis, ce qui "amène l'Algérie à consentir parfois une aide qui dépasse l'aide humanitaire internationale", a-t-il relevé. 

"La situation dramatique des réfugiés sahraouis (...) est liée à l'absence de progrès dans la mise en oeuvre des décisions de la communauté internationale sur un règlement juste et définitif du conflit, à travers une solution politique et mutuellement acceptable qui permette l'exercice par le peuple sahraoui de son droit à l'autodétermination", a affirmé M. BENMEHIDI. 

A propos de la situation des réfugiés en général, il a noté que les pays en développement, en particulier ceux du continent africain, assument un lourd fardeau dans l'accueil des personnes déplacées, sachant qu'ils ne disposent que de maigres moyens. 

M. BENMEHIDI a indiqué, dans ce contexte, que l'Algérie salue l'adoption de la Convention africaine sur la protection des personnes déplacées internes, intervenue lors du dernier sommet de l'Union africaine tenu en octobre à Kampala (Ouganda). 

Il a ajouté que l'Algérie lance un appel à toutes les parties concernées pour accorder une "attention particulière" aux besoins des pays africains en la matière et les aider à s'attaquer aux "causes profondes" ayant provoqué ces situations complexes et dramatiques.