عربي   Français   English

 


  

La 7ème commission mixte algéro-omanaise: signature de plusieurs accords 16/11/2015



Les travaux de la 7ème commission mixte algéro-omanaise ont été sanctionnés par la signature de neuf accords de coopération entre les deux pays.

Ces accords portent notamment sur "le mécanisme de concertation politique et de coopération entre les instituts diplomatiques des deux pays, les archives, la jeunesse et les sports, l'hydraulique, l'assainissement, la pêche, l'aquaculture, la culture et les télécommunications".

La même source a indiqué que "les travaux qui se sont poursuivis pour la seconde journée dans la capitale omanaise, ont été co-présidés par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et son homologue omanais Youcef Ben Alaoui Ben Abdallah.

Les deux parties "se sont félicitées de la régularité des réunions de la commission mixte et des rencontres entre les responsables des deux pays".

Les deux parties ont procédé par ailleurs, selon la même source, à l'évaluation des réalisations accomplies depuis la dernière session (Alger 2013). Ils sont souligné, à cet effet, la nécessité de mettre en place un mécanisme de suivi des accords conclus".

A cette occasion, M. Lamamra a souligné "l'importance d'impliquer les opérateurs économiques et les hommes d'affaires des deux pays dans des projets communs, bilatéraux ou triparties notamment pour ce qui concerne l'Afrique à laquelle les deux pays accordent un intérêt particulier", a-t-il dit.

Au plan international, les deux ministres ont passé en revue "plusieurs questions sur lesquelles les deux pays partagent les mêmes positions à l'instar de la question palestinienne, la question syrienne, la situation au Yémen, en Irak et en Libye ainsi que la lutte antiterroriste après les derniers attentats de Paris".

Par ailleurs, les deux parties ont passé en revue certaines questions économiques concernant les deux pays comme la chute des cours de pétrole et les mesures à prendre contre ses retombées sur les économies des deux pays".