عربي   Français   English

 


  

M. MEDELCI plaide pour des "engagements clairs" sur la réduction des gaz à effet de serre 17/12/2009

 

M. MEDELCI plaide pour des "engagements clairs" sur la réduction des gaz à effet de serre 


La Conférence de Copenhague sur les changements climatiques doit sortir avec des "engagements clairs", notamment en matière de réduction des gaz à effet de serre qui doit être "essentiellement" à la charge des pays développés, a déclaré jeudi à Copenhague le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad MEDELCI. 

"Il n’y a pas de doute que les deux journées qui viennent seront extrêmement chargées afin qu’au final l’espoir soit préservé pour sortir de Copenhague avec des engagements clairs, à la fois, de réduction des gaz à effet de serre essentiellement à la charge des pays développés et des engagements non moins clairs de soutien financiers et technologiques aux pays en développement et aux pays africains", a indiqué M. MEDELCI à la presse. 

Le sommet "doit aussi préserver les acquis de l’accord de Kyoto", a ajouté le ministre, indiquant que tous reconnaissent "la nécessité de développer des actions de dimensions suffisantes pour prévenir un risque qui est aujourd’hui patent et reconnu de tous celui du changement climatique avec ses effets désastreux pour la planète et singulièrement pour notre continent l’Afrique". 

Les chefs d’Etat et de gouvernement, réunis ces deux jours pour clôturer un cycle de négociations "extrêmement important et, en même temps, complexe, auront à se déterminer, compte tenu de positions qui en partie se rejoignent entre différents groupes géographiques mais qui en partie également s’opposent". 

L’Algérie, présente en tant que pays concerné par le changement climatique à travers notamment la désertification, est également présente en tant que chef de file des négociateurs africains pour défendre une position africaine élaborée à l’occasion d’une réunion en 2008 à Alger des ministres de l’Environnement du continent. 

"Notre ministre de l’Environnement, M. Cherif Rahmani, conduit cette délégation avec beaucoup de détermination et nous faisons tout pour maintenir la cohésion du continent africain sur cette question-là", a-t-il dit, affirmant qu’"à ce jour cette cohésion est préservée".