عربي   Français   English

 


  

Le président Bouteflika reçoit le président du Sénat français 10/09/2015

 


Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu mercredi à Alger le président du Sénat français, Gérard Larcher, en visite en Algérie.

       

Dans une déclaration à la presse à l'issue de cette audience, M. Larcher a indiqué avoir abordé avec le chef de l'Etat plusieurs questions d'actualité notamment la situation au Mali, en Libye, en Tunisie et en Syrie.

       

A ce propos et concernant la crise libyenne et après avoir relevé les efforts conduits par l'ONU en vue du règlement de cette crise, il a souligné la convergence des positions des deux pays "sur la nécessité d'un agenda clair et unique" pour régler cette question.

      

Les entretiens ont porté également sur le "soutien nécessaire à apporter à la Tunisie", a-t-il ajouté.

       

Par ailleurs, M. Larcher a relevé la "qualité" des relations qu'entretient le président Bouteflika avec son homologue français, François Hollande.

       

"Je crois à la force des relations entre l'Algérie et la France et cela ne se limite pas à tel ou tel gouvernement mais qu'un pays comme la France doit, chaque jour, davantage être attentif aux défis communs que nous avons à relever", a-t-il dit.

       

M. Larcher a mis en exergue l'importance de la relation bilatérale algéro-française "en nous appuyant notamment sur les relations parlementaires", rappelant que "le président Bouteflika a porté un large soutien à la France sur la préparation de la COP21".

       

L'audience s'est déroulée en présence du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel.

       

Le président du Sénat français est arrivé mardi à Alger pour une visite de quatre jours en Algérie à l'invitation de son homologue algérien.