عربي   Français   English

 


  

Déclaration d'Alger 15/12/2010

 

Déclaration d'Alger  



1- Le cinquantième anniversaire de la résolution 1514 (XV) du 14 décembre 1960 portant Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux,a été célébré à Alger, les 13 et 14 décembre 2010. 

2-D’éminentes figures de la lutte anticoloniale ont participé à cette Conférence, aux côtés de personnalités du monde politique, de la communauté diplomatique, des Organisations internationales, régionales et sous-régionales, de la société civile, des milieux de la création littéraire et cinématographique, et de la presse et des médias audio-visuels. 

3-Les participants ont rappelé les sacrifices consentis par les peuples coloniaux pour la reconnaissance de leur droit à l’autodétermination et l’indépendance et ont souligné, en particulier, le rôle important des femmes et des jeunes dans la lutte de libération et dans l’édification de leurs pays. 

4-Les participants se sont félicités du rôle important de l’Organisation des Nations unies et de l’ex-Organisation de l’Unité Africaine dans l’accélération du processus de libération des peuples coloniaux conformément à la résolution 1514 (XV). 

5-Les participants à la Conférence ont noté avec satisfaction que, depuis l’adoption de la résolution 1514 (XV), un grand nombre d’anciens territoires coloniaux ont recouvré leur indépendance et siègent en qualité d’Etats membres souverains au sein de l’Organisation des Nations Unies, assumant pleinement leurs responsabilités individuellement et collectivement, en vue de la mise en œuvre des buts et principes de la Charte des Nations unies. 

6-Les participants se sont félicités de la Déclaration par la 65ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies de la période 2011-2020, Troisième Décennie Internationale pour l’éradication du colonialisme. 

7-Les participants se sont également félicités de la célébration par l’Assemblée Générale des Nations Unies du cinquantième anniversaire de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux. 

8-Ils ont aussi salué l’apport significatif des médias et du cinéma dans la prise de conscience des méfaits du colonialisme et la défense des buts et objectifs définis dans la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux. Ils ont souligné leur rôle dans la promotion et le soutien aux droits civils et politiques des peuples opprimés, notamment en Palestine et au Sahara Occidental, à travers l’éclairage qu’ils apportent à la lutte et aux souffrances de ces peuples. 

9-Ils ont souligné que le colonialisme, sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, est contraire aux buts et principes de la Charte des Nations Unies et aux normes du droit international. 

10-Réaffirmant la validité et la pertinence de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, les participants ont exprimé leur conviction que le parachèvement de la décolonisation est inéluctable. 

11-Les participants ont exprimé leur solidarité avec les peuples des territoires non autonomes qui aspirent à exercer leur droit à disposer d’eux-mêmes dans le cadre préconisé par la résolution 1514 (XV). 

12-Les participants ont souligné, à cet égard, que le peuple palestinien et le peuple du Sahara Occidental sont en droit d’attendre de la Communauté internationale un soutien plus ferme et une action plus résolue en vue de l’exercice de leur droit à l’autodétermination. Ils ont décidé de faire de cet objectif une priorité de leur action. 

13-Ils ont, pour cela, encouragé les écrivains, les cinéastes, les artistes, les journalistes et la société civile dans son ensemble à poursuivre et à intensifier leurs actions de sensibilisation et de mobilisation de l’opinion publique mondiale sur la justesse de ces aspirations. 

14-Les participants appellent à l’adoption au sein de l’Organisation des Nations Unies et dans l’ensemble du système des Nations Unies, de mesures efficaces pour l’application intégrale de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux. 

15-Les participants ont rappelé que, conformément au droit international et aux résolutions pertinentes des Nations Unies, aucun prétexte lié à la superficie du territoire, à la situation géographique ou à l’importance numérique des peuples ne saurait être recevable pour empêcher le libre exercice des peuples encore colonisés de leur droit à l’autodétermination et à l’indépendance. 

16-Les participants ont exprimé leur préoccupation face à l’impunité avec laquelle les puissances occupantes poursuivent leur agression et appellent le Conseil de Sécurité à assumer ses responsabilités à cet égard. 

17-Les participants ont noté que la Résolution 1514 (XV) a aussi jeté les bases du droit au développement. En effet, elle a inspiré notamment : 

-la Résolution 1803 (XVII) du 14 décembre 1962 relative à la souveraineté permanente des Etats sur leurs ressources naturelles ; 

-la Résolution 3281 (XXIX) du 12 décembre 1974 portant Charte des Droits et Devoirs Economiques des Etats. 

18-Les participants ont relevé avec satisfaction les efforts déployés pour consolider les indépendances nationales, à travers la reconstruction des structures étatiques, sociales et économiques que la colonisation s’était évertuée à briser. Ils ont, à cet égard, noté que malgré ce lourd héritage colonial qui a généré des contraintes de toutes natures et un système de relations économiques internationales qui ignore largement leurs intérêts, les pays nouvellement indépendants ont enregistré des avancées indéniables dans leur processus de développement politique, économique et social. 

19-Les participants ont mis en relief le fait que, nonobstant les difficultés auxquelles ils continuent d’être confrontés, les peuples des pays qui ont recouvré leur indépendance connaissent une dynamique de progrès multidimensionnelle que le système colonial rendait impossible. 

20-Les participants ont considéré que cette dynamique s’est inscrite dans le prolongement naturel de la délivrance du joug colonial, et confirmé la pertinence de la politique de non-alignement, qui a beaucoup contribué non seulement au raffermissement des indépendances, mais aussi à l’atténuation des tensions dans le monde. 

21-Les participants ont estimé que la coopération Sud-Sud et l’intégration régionale contribuent à la préservation de l’indépendance et à la facilitation de la participation équitable des pays ex-coloniaux à l’économie mondiale. 

22-Ils ont apporté, à cet égard, leur soutien aux programmes en cours au niveau régional et inter-régional en Afrique, en Asie et en Amérique Latine, ainsi que dans l’établissement de partenariats stratégiques entre ces régions. 

23-Les participants ont noté que les pays ex-coloniaux s’efforcent de promouvoir un partenariat mutuellement bénéfique avec les autres pays tout en veillant à la préservation de leur capacité autonome de décision et de leur souveraineté sur leurs ressources naturelles. 

24-Les participants ont renouvelé leur attachement à la démarche d’indépendance de décision dans les relations internationales poursuivie par les pays nouvellement indépendants, qui aspirent à participer pleinement à la conduite des affaires mondiales dans le cadre d’un multilatéralisme rénové. 

25-Les participants ont exprimé leurs remerciements au Président Abdelaziz BOUTEFLIKA et au gouvernement et au peuple algérien pour l’excellente organisation de cette importante Conférence et se sont félicités de la qualité des débats et des conclusions auxquelles elle a donné lieu.