عربي   Français   English

 


  

La coordination sécuritaire entre l'Algérie et la Tunisie permettra aux deux pays d'éradiquer le terrorisme 04/02/2015


Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra a indiqué, mercredi à Alger, que la coordination sécuritaire entre l'Algérie et la Tunisie permettra aux deux pays d'éradiquer le terrorisme.

Dans une déclaration à la presse peu avant l'arrivée du président tunisien Béji Caïd Essebsi en Algérie pour une visite d'Etat à l'invitation du président de la République Abdelaziz Bouteflika, M. Lamamra a précisé que la coordination sécuritaire entre les deux pays "se poursuit au niveau des services de sécurité" et "des gouvernements des deux pays".

M. Lamamra a souligné la nécessité de "renforcer les relations sécuritaires entre les deux pays et de les hisser au niveau des relations stratégiques pour faire face au terrorisme et au crime transfrontalier".

Concernant la visite d'Etat du président tunisien en Algérie, le chef de la diplomatie algérienne a déclaré que la rencontre qui regroupera les deux chefs d'Etat Bouteflika et Essebsi sera couronnée de "nouvelles orientations pour l'approfondissement et l'élargissement des relations dans le domaine de sécurité".

M. Lamamra a qualifié cette visite d'"exceptionnelle" étant "la première en Algérie depuis son élection en tant que président de la Tunisie".

S'agissant des questions qui seront traitées par les dirigeants des deux pays lors de cette visite, M. Lamamra a indiqué qu'il s'agit notamment des relations bilatérales et de la situation au Maghreb arabe, dans le monde arabe et en Afrique, estimant que cette visite permettra par ailleurs "un échange de vues sur l'action arabe commune en prévision du sommet arabe qui se tiendra dans les prochaines semaines".

M. Lamamra a souligné la détermination de l'Algérie à "renforcer les relations bilatérales et à les hisser au niveau des relations historiques "notamment à l'approche de l'anniversaire des événements de Sakiet Sidi Youcef où le sang des deux peuples frères a coulé.

Il a indiqué que cette visite sera l'occasion de "tracer les perspectives futures des relations bilatérales" après la formation du gouvernement tunisien, ce qui permettra la tenue des réunions des commissions sectorielles et de la grande commission sectorielle.