عربي   Français   English

 


  

Sommet Afrique-Turquie: Sellal souligne l’importance du partenariat gagnant-gagnant 21/11/2014


Le Premier ministre, Abdelamalek Sellal, a souligné vendredi à Malabo l’importance du partenariat gagnant-gagnant pour le développement de l’Afrique, d’où l’intérêt accordé par le continent à la tenue du premier sommet Afrique -Turquie pour le lancement, en 2008, d’un partenariat entre les deux parties.

S’exprimant devant les chefs d’Etat et de gouvernement réunis dans le cadre du deuxième sommet Afrique - Turquie, M. Sellal a rappelé que l’Afrique s’est attelée à la promotion et à la mise en place de nouvelles formes de coopération ainsi que des partenariats dynamiques basés sur ‘‘le respect mutuel, l’équilibre des intérêts, l’avantage réciproque et la complémentarité".

Le Premier ministre a, dans ce contexte, exprimé sa satisfaction quant à la tenue du deuxième sommet Afrique -Turquie qui permet de ‘‘continuer à aller de l’avant’’ et affirmé que les efforts qui ont été menés de part et d’autres ont débouché sur des ‘‘avancées appréciables’’, citant notamment l’évolution des échanges commerciaux et la progression des investissements, de l’aide publique  au développement et de la coopération technique.

‘‘Cette dynamique nous permet d’entrevoir une coopération plus conséquente et mieux ciblée pour développer pleinement les relations entre l’Afrique et la Turquie’’, a déclaré,  M. Sellal.

Soulignant que le sommet de Malabo est dédié à ‘‘un nouveau modèle de partenariat pour le renforcement de l’intégration de l’Afrique et le développement durable’’, M. Sellal a appelé à l’adoption de ‘‘lignes d’actions novatrices’’.

Il a notamment prévu que de ‘‘meilleures’’ perspectives pour un partenariat à long terme sont tributaires de solutions aux défis auxquels fait face l’Afrique que sont ‘‘la résorption du déficit des infrastructures régionales, la transformation des structures économiques, la protection de l’environnement, le développement humain et l’accroissement des capacités scientifiques.

Pour le Premier ministre, l’Afrique s’attend à des investissements directs, des joints-ventures et des modalités variées de partenariat.

‘‘Il revient également, a-t-il estimé, aux Etats de prendre des mesures concrètes pour faciliter un plus grand essor des relations économiques, commerciales, scientifiques, techniques et culturelles".

M. Sellal a soutenu que cette participation ne manquera pas d’avoir, à son tour, des ‘‘retombées positives’’ sur la croissance de l’économie turque et de permettre un développement continu des relations afro-turques".

Après avoir affirmé que lors des dernières années l’Afrique et la Turquie ont poursuivi des consultations et des concertations qui ont mis en évidence des ‘‘convergences sur plusieurs questions internationales’’, le Premier ministre a affirmé que dans un monde confronté à une multiplicité de crises et de tensions, il s’avère ‘‘indispensable de renforcer ces consultations et ces concertations".

‘‘L’enjeu est de promouvoir une coordination étroite sur des questions d’intérêt commun se rapportant à la paix et à la sécurité internationale, la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, au commerce international, à la réforme de la gouvernance mondiale, aux changements  climatiques et aux objectifs du millénaire pour le développement de l’après 2015’’, a, en outre, indiqué le Premier ministre.

Exprimant la conviction de l’Algérie que les objectifs fixés dans le cadre du partenariat Afrique - Turquie son réalisables, M. Sellal a conclu que la Déclaration de Malabo, le plan de mise en oeuvre ainsi que la matrice des projets prioritaires fournissent ‘‘une base solide pour une forte impulsion du partenariat afro-turque.’’