عربي   Français   English

 


  

La communauté nationale établie au Burkina Faso va bien 31/10/2014



La communauté algérienne établie au Burkina Faso, un pays en proie à une grave crise politique marquée de violentes émeutes depuis trois jours à Ouagadougou et Bobo Dioulasso, seconde ville du pays, ''va bien''.

M. Abdelaziz Benali Cherif, porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué dans une déclaration que ''les services compétents au ministère suivent avec attention la situation au Burkina Faso''.

''Ils (ces services) sont en contact permanent avec la communauté nationale établie dans ce pays'', a-t-il ajouté, avant de rassurer que ''la communauté algérienne au Burkina Faso, qui compte 150 personnes, va bien''.

M. Benali a par ailleurs indiqué qu'''aucun incident n'est à déplorer concernant notre communauté nationale établie dans ce pays. Un contact avec chaque (membre) de cette communauté est établi en permanence par les services de (notre) ambassade à Ouagadougou, qui fonctionne normalement''.

Une grave crise politique secoue le Burkina Faso depuis mardi, marquée dans la journée de jeudi de violentes émeutes dans la capitale burkinabée et à Bobo Dioulasso, seconde ville du pays.

L'armée burkinabée a annoncé jeudi la dissolution du gouvernement et du parlement, décrété un couvre-feu et la mise en place d'un organe de transition de douze mois.

Cette transition, selon un communiqué du chef d'état-major des armées Nabéré Honoré Traoré, devrait favoriser un retour à l'ordre constitutionnel "dans un délai de douze mois".