عربي   Français   English

 


  

MESSAHEL : Il Faut un Partenariat d’Exception Entre l’UMA et l’UE 23/01/2008

 

MESSAHEL : Il Faut un Partenariat d’Exception Entre l’UMA et l’UE 


Le ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader MESSAHEL, a préconisé mardi à Rabat "un partenariat d’exception" entre les pays maghrébins et l’Union européenne au cours de la réunion entre les chefs de la diplomatie de l’Union du Maghreb arabe (UMA) et la Troïka de l’Union européenne (UE). 

M. MESSAHEL a souligné, devant ses pairs maghrébins et européens, que "les relations entre l’UMA et l’UE reposent sur trois évidences : géographique, relationnelles et un ancrage économique très dense". 

"Partant de ce triptyque, le partenariat (UMA-UE) ne peut être que d’exception et fondé sur l’accompagnement des pays maghrébins dans la structuration de leur développement", a t-il dit, insistant sur le fait que "les pays de l’UMA doivent devenir des destinations privilégiées pour les investissements durables et porteurs de projets structurants". 

"Un tel partenariat ne peut-être que profitable aux deux ensembles pour faire de cet espace commun une zone de prospérité partagée", a estimé le ministre. 

M. Abdelkader MESSAHEL a, d’autre part, indiqué que "dans notre approche, nous ne perdons pas de vue la dimension verticale et horizontale de l’espace que nous avons à bâtir". 
"Pour l’espace maghrébin, l’Algérie a, dans le domaine des infrastructures lourdes, projeté la réalisation d’autoroutes, la densification du réseau ferroviaire, les connexions électriques, la lutte contre la désertification, la protection de l’environnement et les ouvrages de grande hydraulique", a-t-il souligné. 

"Cette politique est menée dans une approche régionale parfaitement intégrée", a encore relevé le ministre dans son intervention. 

Par ailleurs, les pays de l’UMA ont fait plusieurs propositions, durant cette rencontre, pour la reprise du partenariat avec l’UE, particulièrement la mise en place de mécanismes de rencontres réguliers, densifier les thèmes du dialogue, et relance de ce processus sur la base d’une approche globale.