عربي   Français   English

 


  

M. MESSAHEL réitère l'attachement de l'Algérie à l'Union du Maghreb Arabe 22/06/2008

 

M. MESSAHEL réitère l'attachement de l'Algérie à l'Union du Maghreb Arabe 


Le Ministre Délégué Chargé des Affaires Maghrébines et Africaines, M. Abdelkader MESSAHEL, a réitéré samedi soir l'attachement de l'Algérie à l'Union du Maghreb arabe (UMA).

Invité du forum de l'ENTV, M. MESSAHEL a indiqué que l'idée d'un espace maghrébin est apparue en 1926 parallèlement à la création de l'Etoile Nord Africaine. 

En vue de redynamiser l'Union du Maghreb Arabe, l'Algérie, a-t-il affirmé, a fait une série de propositions, notamment la réforme de l'institution maghrébine pour qu'elle s'adapte aussi bien aux changements internes des pays de l'Union et qu'à ceux intervenus à l'échelle internationale. 

L'Algérie a plaidé pour une édification d'un espace maghrébin sur fond de politiques unies, affirme le Ministre précisant que la région est confrontée aux mêmes problèmes, notamment la désertification, le manque d'eau et d'infrastructures de base et autres se rapportant à la création d'une union économique maghrébine facilitant l'intégration économique. 

Répondant à une question sur l'affaire des Algériens emprisonnés en Libye, M. MESSAHEL, tout en souhaitant un prompt dénouement de cette question, a souligné que les deux pays s'étaient mis d'accord pour l'échange de détenus, affirmant que des procédures d'ordre technique doivent être suivies pour l'exécution de cet accord. 

S'agissant de la question du Sahara Occidental, il a précisé que la position de l'Algérie est celle de l'Assemblée Générale des Nations Unies, en l'occurrence, le légitime droit au peuple sahraoui à l'autodétermination, et exprimé le vœu de l'Algérie de voir le Maroc et le Polisario poursuivre leur processus de négociations directes dans le cadre de la légalité internationale, en perspective d'un dénouement final à ce conflit. 

Concernant le phénomène de migration en Afrique, particulièrement l'immigration vers l'Algérie, le Ministre Délégué Chargé des Affaires Maghrébines et Africaines a indiqué que l'Algérie, qui était un pays de transit, est devenue une destination pour ces immigrés. 

Le problème de l'immigration ne sera résolu, affirme-t-il, qu'à travers le soutien aux pays africains en matière de développement. 

Abordant la situation dans le continent africain, M. MESSAHEL a indiqué que l'Afrique a dorénavant son mot à dire dans le monde, saluant "le bond qualitatif" réalisé par le continent en matière de résolution de ses problèmes. 

"Le nombre de conflits ébranlant le continent a diminué de 13 conflits il y a dix ans à 3 actuellement", fait-il remarquer en relevant le rôle de la diplomatie algérienne, sous la direction du Président de la République, M. Abdelaziz BOUTEFLIKA , dans le règlement de certains conflits. 

Dans le domaine économique, poursuit le Ministre, le taux de croissance en Afrique a atteint 5 %, après "un développement négatif" dans les années 1980. 

En dépit des efforts consentis, déplore M. MESSAHEL, plusieurs pays africains souffrent du sous-développement et peinent à réaliser un véritable élan de croissance en dépit de leurs potentiels. 

Concernant le partenariat avec l'Afrique, l'intervenant a indiqué que le continent doit drainer les investissements afin de se démarquer de l'image d'un marché consommateur ou d'une source de matières premières. 

Aussi a-t-il assuré que les nombreux projets initiés dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique "Nepad" sont de nature à impulser l'investissement et la croissance économique en Afrique. 

A une question sur le souhait des Etats-Unis d'installer une base militaire dans le continent, l'invité du Forum de la Télévision a fait observer que l'Afrique a démontré son aptitude à résoudre ses problèmes par elle-même, rappelant la stratégie africaine de paix et de sécurité qui a été couronnée par la création d'une force africaine. 

Par ailleurs, M. MESSAHEL a fait savoir que l'Afrique revendique la réforme du système onusien, notamment l'Assemblée Générale et le Conseil de Sécurité, plaidant pour l'élargissement de ce dernier et l'octroi de deux sièges permanents au continent africain.