عربي   Français   English

 


  

Le développement requiert une mobilisation des ressources financières nécessaires 23/09/2014

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a affirmé lundi à New York que la concrétisation du programme d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement nécessitait des "efforts vigoureux" pour mobiliser les ressources financières nécessaires.

 S'exprimant lors de la 29ème session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies consacrée au suivi du Programme d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement, M. Lamamra, a indiqué  que la mise en œuvre de ce "programme requiert des efforts vigoureux pour mobiliser les ressources financières permettant la poursuite des efforts au-delà de 2014".

 "Il y va du renforcement des capacités humaines et institutionnelles des pays en développement, et de notre aptitude à infléchir les risques et menaces sur la paix et la sécurité internationale que font peser, notamment, la pauvreté, les pandémies, les déséquilibres du système économique et financier, le terrorisme et les changements climatiques", a souligné le ministre présent à New York pour participer à la 69ème session ordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies.

 L'Algérie fait, a-t-il poursuivi, "le pari" que la communauté internationale peut "œuvrer dans le cadre des Objectifs de développement durable post-2015, à faire avancer le programme d'action pour la population et le développement comme contribution à l'avènement d'un monde plus sûr, plus juste et plus solidaire".

 Le chef de la diplomatie algérienne  a, par ailleurs, indiqué que l'épidémie du virus Ebola, qualifiée d'urgence sanitaire mondiale par l'Organisation mondiale de santé (OMS), commande de redoubler d'efforts pour aider les pays africains affectés à surmonter cette dure épreuve qui sape leurs efforts de développement.

 "L'Algérie saisit cette occasion pour exhorter la communauté internationale à accélérer la fourniture de l'aide et appui requis pour vaincre ce fléau mortel", a-t-il ajouté.

 Concernant la 29ème session extraordinaire, le ministre a affirmé qu'elle constituait une occasion pour mesurer les progrès accomplis au titre du programme conçu comme un instrument de promotion des droits fondamentaux de l'Homme, en particulier, l'éducation et la santé.

 La session permet aussi, a-t-il ajouté, d'identifier les voies et moyens de poursuivre les efforts engagés au service du bien-être des peuples, précisant que la Déclaration d'Alger adoptée par les pays non alignés lors de la 17ème Conférence ministérielle tenue en mai 2014, est "venue à point nommé rappeler toute la pertinence du droit au développement".

 "Un accès de tous à des services de qualité en matière de santé, d'éducation ainsi que de connaissances scientifiques et techniques que commande l'interdépendance croissante de notre monde, peut grandement contribuer à consolider efficacement les droits fondamentaux de l'Homme", a estimé le ministre.

 A cette occasion, M. Lamamra, a donné un aperçu sur le plan d'action du gouvernement algérien pour la période 2014-2019, adopté suite aux élections présidentielles d'avril 2014, lors desquelles le peuple algérien a renouvelé sa confiance au président Abdelaziz Bouteflika, s'inscrivant dans une perspective de consolidation des acquis socio-économique.