عربي   Français   English

 


  

Le MNLA souhaite le succès de la seconde phase du dialogue intermalien 02/09/2014

Le secrétaire général du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), Bilal Ag Chérif, a souhaité mardi le succès de la seconde phase du dialogue intermalien.

Dans une déclaration à l'issue de l'audience que lui a accordée le Ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra, M. Bilal Ag Chérif a indiqué avoir écouté, lors de cette rencontre, le point de vue du groupe de médiation soulignant "l'optimisme de toutes les parties concernant la méthodologie".

Il a affirmé que grâce au "soutien régional et international à ces négociations et la volonté du gouvernement malien et des mouvements de l'Azawad, nous sommes optimistes quant à une progression dans le cadre de l'instauration d'une paix véritable fondée sur la satisfaction des revendications légitimes et justes des populations de la région".

Par ailleurs, le secrétaire général du MNLA a félicité le gouvernement et peuple algériens pour la libération des deux otages algériens enlevés il y a deux ans par un groupe terroriste et présenté ses condoléances suite au décès des deux autres diplomates.

Il a souligné que "c'est là un autre point confirmant la nécessité d'une paix véritable et garantie dans la région de l'Azawad et du Sahel en général pour faire face à la menace terroriste qui se manifeste à chaque étape sous une nouvelle forme".

M. Bilal Ag Chérif a estimé que la résolution des problèmes politiques était "très importante" pour mettre un terme ou réduire les problèmes sécuritaires auxquels fait face la région en particulier et le monde en général.

La deuxième phase du dialogue intermalien a débuté lundi à Alger, dans le cadre de l'initiative algérienne de soutien à ce dialogue afin de parvenir à une solution globale à la crise au Nord-Mali.

Ces négociations "cruciales" entre les parties en conflit interviennent pour parachever la phase initiale de ce dialogue qui a eu lieu du 17 au 24 juillet à Alger et qui a été couronnée par la signature par le gouvernement du Mali et six mouvements politico-militaires du nord de ce pays de deux documents comportant "la feuille de route pour les négociations dans le cadre du processus d'Alger" et une "déclaration de cessation des hostilités".