عربي   Français   English

 


  

Première phase du dialogue intermalien: écho plus que favorable 31/08/2014

 

La première phase du dialogue intermalien qui s'est déroulée à Alger "a été menée dans le bon sens et a trouvé un écho plus que favorable", a affirmé dimanche à Alger le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

 

Dans une déclaration à la presse à l'issue d'une séance de travail avec les représentants de l'ONU, de l'UA et de la CEDEAO en prévision du lancement lundi à Alger de la deuxième phase du dialogue intermalien, M. Lamamra a indiqué que la première phase des négociations, tenue du 17 au 24 juillet, "a trouvé un écho très favorable tant au Mali qu'à l'étranger".

 

M. Lamamra a précisé, au sujet de la réunion de travail qu'il a eue avec les représentants des trois organisations internationales, que cette dernière "a permis de discuter sur ce qui a été réalisé, depuis la signature le 24 juillet dernier, de la feuille de route pour les négociations dans le cadre du processus d'Alger et de la déclaration de cessation des hostilités".

 

"Nous nous sommes réunis aujourd'hui pour évaluer ces réalisations et sommes parvenus à la conclusion que ce processus a été mené dans le bon sens et ses résultats ont trouvé un écho plus que favorable tant au Mali que sur la scène internationale", a-t-il dit.

 

Le ministre a évoqué "les encouragements" émanant de part et d'autre en faveur du règlement de la crise malienne, soulignant que la séance des concertations préparatoires au lancement des négociations entre parties maliennes -à laquelle prennent part des responsables d'organisations internationales et continentales spécialisées- "offre un espace de discussion et d'échange sur l'organisation des actions de la deuxième phase du dialogue intermalien".

 

Le dialogue intermalien reprendra lundi à Alger pour trouver une solution globale et négociée au problème des régions nord du Mali.

 

La phase initiale de ce dialogue, qui avait eu lieu du 17 au 24 juillet à Alger, avait été couronnée par la signature par le gouvernement du Mali et six mouvements politico-militaires du nord de ce pays de deux documents comportant "la feuille de route pour les négociations dans le cadre du processus d'Alger" et une "déclaration de cessation des hostilités".