عربي   Français   English

 


  

Crise malienne: L’ONU se "réjouie" de l’initiative algérienne de dialogue du 16 juillet à Alger 10/07/2014

L’Organisation des Nations Unies (ONU) se "réjouie" de l’initiative algérienne du lancement de la phase initiale du dialogue intermalien inclusif, le 16 juillet à Alger, a indiqué jeudi à Accra, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit.

"Je suis réjoui de l’initiative de l’Algérie (la rencontre du 16 juillet entre le gouvernement et les groupes armés du Nord) et nous soutenons toute initiative visant à rapprocher les maliens", a indiqué, M. Djinnit, en marge des travaux de la 45ème session ordinaire du sommet des chefs d’Etats et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO).

Il a ajouté que l'ONU ouvrait à promouvoir la paix "durable" au Mali, soulignant que son organisation travaillera avec toutes les parties maliennes mais aussi avec les pays voisins, en particulier l’Algérie, qui déploie de grands efforts, pour la résolution de ce conflit.

Le ministre des Affaires étrangères algérien, M. Ramtane Lamamra avait indiqué que la phase initiale du dialogue intermalien allait débuter le 16 juillet à Alger, en présence du gouvernement malien et des mouvements armées du Nord Mali.

Le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA) et la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR) avaient signé en juin une plate-forme préliminaire d’entente visant à trouver une solution définitive à la crise malienne et à travers laquelle ils ont réaffirmé le plein respect de l'intégrité territoriale et de l'unité nationale du Mali.

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA) avaient, de leur côté signé la "Déclaration d'Alger" à travers laquelle ils ont affirmé leur volonté d'œuvrer à la "consolidation de la dynamique d'apaisement en cours et de s'engager dans le dialogue intermalien inclusif".