عربي   Français   English

 


  

Le Sommet de Malabo, une échéance importante dans la vie institutionnelle politique de l'Afrique 26/06/2014

Le Sommet de l'Union africaine (UA), dont les travaux ont débuté jeudi à Malabo, constitue une échéance "importante" dans la vie institutionnelle politique de l'Afrique, en traçant l'agenda du continent africain pour les 50 prochaines années, a estimé  le ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra.

Ce Sommet "est une échéance importante dans la vie institutionnelle politique de l'Afrique. Il marque la fin de l'année de la célébration du cinquantenaire de l'OUA mais avec une projection sur l'avenir", a déclaré, M. Lamamra.

Le ministre a précisé, à ce propos, qu'un important point a été inscrit à l'ordre du jour de ce Sommet, à savoir, l'agenda de l'Afrique pour 2063, qui constitue, a-t-il expliqué, "la projection du continent africain dans les 50 prochaines années".

"Non seulement c'est un travail titanesque de planification et d'anticipation mais aussi c'est une projection de la foi des Africains dans la destinée de leur continent et dans leur capacité à surmonter les défis actuels et d'apporter des solutions aux problèmes structurels de l'Afrique", a-t-il déclaré.

Le chef de la diplomatie algérienne a relevé, dans ce sens, l'existence d'un document en préparation que les ministres africains souhaitent "maturer davantage" afin d'être adopté au Sommet de l'UA en janvier prochain à Addis Abeba comme une "véritable feuille de route pour les cinquante années prochaines de la vie institutionnelle du continent africain".

M. Lamamra a évoqué en outre, l'étude par le Sommet d'un thème qu'il a qualifié d'"important" à savoir l'agriculture et de la sécurité alimentaire.

"Ce domaine fait partie des vecteurs sur lesquels l'Afrique s'appuie pour pouvoir opter sa renaissance", a déclaré M. Lamamra, soulignant que l'agriculture enregistre des progrès remarquables à travers le continent qui dispose toutefois de nombreuses terres qui ne sont pas judicieusement exploitées.

Pour lui, l'agriculture demeure une opportunité importante pour l'Afrique afin de promouvoir l'autosuffisance alimentaire et même de se projeter sur la scène internationale comme un acteur important dans l'agriculture mondiale.