عربي   Français   English

 


  

Intensifier les efforts de l'OCI pour faire connaitre les vraies valeurs de l'Islam 19/06/2014

Le ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra, a appelé, jeudi à Djeddah, à intensifier les efforts de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) pour faire connaitre les vraies valeurs de l'Islam qui prône la tolérance, l'ouverture d'esprit et l'entente.

Dans une allocution prononcée lors des travaux de la 41ème session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'OCI, M. Lamamra a indiqué que "l'escalade des campagnes islamophobes menées par des groupes extrémistes dans les pays occidentaux, interpelle l'organisation à l'effet d'intensifier ses efforts pour faire connaitre les valeurs de tolérance, de modération, d'ouverture d'esprit et d'entente prônées par notre religion de paix".

M. Lamamra a déploré l'impact négatif de ce genre de campagnes qui "tendent à assimiler l'Islam au terrorisme" sur la cohésion sociale et les valeurs d'entente et de respect mutuel entre les peuples.

Il a, dans ce contexte, appelé l'OCI à continuer à soutenir son Observatoire de lutte contre l'islamophobie en oeuvrant à son développement, souhaitant que la réunion contribue à la dynamisation de l'action musulmane commune au service des questions de la nation musulmane.

"L'Algérie encourage l'OCI à poursuivre son processus de réformes à même de l'habiliter à répondre aux exigences actuelles et à s'acquitter de ses missions premières avec davantage d'efficacité, comme l'avait énoncé la décision 40/6 adoptée par la 40ème session du Conseil des ministres des Affaires étrangères, à l'initiative de l'Algérie", a-t-il ajouté.

Il a ajouté que l'Algérie accueillait favorablement la proposition portant élaboration d'un programme d'action décennal pour la période 2016-2025, à la lumière d'une évaluation globale du précédent programme, en vue de concrétiser l'orientation de l'organisation vers la rationalisation permanente de ses programmes et ressources, au mieux des intérêts des Etats membres.

Le chef de la diplomatie algérienne a, d'autre part, estimé que cette réunion constituait un espace adéquat pour réaffirmer l'engagement et la solidarité des Etats membres de l'OCI avec le peuple palestinien dans sa lutte pour le recouvrement de ses territoires et de ses droits spoliés et la réalisation d'une paix globale et juste, garantissant son droit inaliénable à l'édification d'un Etat indépendant avec El Qods pour capitale.

M. Lamamra a exprimé sa satisfaction quant au progrès important accompli par le peuple palestinien concernant l'accord de réconciliation palestinienne et l'annonce de la formation d'un gouvernement d'entente nationale, rappelant le communiqué rendu public par la commission de la Palestine relevant du Mouvement des Non Alignés à l'occasion de sa 17ème session ministérielle tenue fin mai à Alger et dans laquelle elle a réitéré le soutien des pays non alignés à la lutte du peuple palestinien pour le recouvrement de ses droits nationaux.

Concernant la situation en Syrie, M. Lamamra a souligné que l'Algérie invitait à nouveau les belligérants en Syrie et les autres parties concernées à "faire prévaloir le dialogue et à engager des négociations afin de parvenir à une solution politique qui garantisse la prise en charge des revendications légitimes du peuple syrien et le rétablissement de la paix et de la stabilité dans ce pays".

Le chef de la diplomatie algérienne a salué les efforts de l'ancien émissaire commun de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie, Lakhdar Brahimi, dans le cadre de sa mission en Syrie.

S'agissant de la crise au Mali, M. Lamamra s'est félicité des "résultats positifs" du processus de dialogue inter-malien, sanctionné par la "Déclaration et la plate-forme d'Alger", signées par six mouvements du Nord du Mali.

Il a également souligné la ferme détermination de l'Algérie à soutenir ce pays frère et voisin dans ses efforts visant le rétablissement de la sécurité et de la stabilité.

"L'Algérie est déterminée à aider le Mali dans la réalisation des objectifs de la réconciliation nationale globale et la relance du développement dans tout le pays dans le cadre du dialogue inter-malien dont la phase initiale débutera le mois prochain à Alger", a-t-il ajouté.

S'agissant de la Libye, M. Lamamra a exprimé la préoccupation de l'Algérie concernant les derniers développements survenus dans ce pays, soulignant l'importance de préserver la souveraineté de la Libye et son intégrité territoriale et de rejeter toute ingérence étrangère dans ses affaires internes.

Il a, dans ce sens, appelé "toutes les forces vives dans le pays à mettre fin à la violence et à faire prévaloir le dialogue dans le but de parachever l'édification des institutions de l'Etat et du processus démocratique".

M. Lamamra a rappelé que les pays voisins de la Libye avaient exprimé aux côtés de La ligue arabe et de l'Union africaine lors de la rencontre de concertation informelle organisée à Alger, en marge de la 17ème Conférence ministérielle du Mouvement des pays non alignés, leur disponibilité à soutenir la Libye "en cette conjonctures sensible qu'elle traverse".

Abordant le fléau du terrorisme, M. Lamamra a souligné la nécessité de tarir ses sources de financement, en vertu de la résolution 3332 du Conseil de sécurité de l'ONU, laquelle condamne la prise d'otage par les groupes terroristes ajoutant que cette décision confortait la vison de l'Algérie qui considère le paiement de rançons aux terroristes comme "une forme de financement du terrorisme".