عربي   Français   English

 


  

Arrivée du Secrétaire Général de l'Otan à Alger 25/11/2004

 

Arrivée du Secrétaire Général de l'Otan à Alger 


Le Secrétaire Général de l'OTAN, M. Jaap De HOOP SCHEFFER est arrivé jeudi matin, à Alger, à l'invitation du Président de la République, M. Abdelaziz BOUTEFLIKA. 

Dans une déclaration à la presse à son arrivée à l'aéroport international Houari Boumediene, M. SCHEFFER a indiqué que sa visite permettra de "promouvoir le dialogue politique ainsi que les liens entre l'Algérie et l'OTAN, dans les domaines civil, militaire, de promotion de la paix et de lutte antiterroriste". IL a également souligné l'importance des entretiens qu'il aura avec le Président BOUTEFLIKA ainsi que le rôle de l'Algérie "dans la région et au sein du dialogue méditerranéen". 

M.SCHEFFER a en outre rappelé que c'est la première fois qu'un Secrétaire général de l'OTAN se rend en Algérie,"un partenaire très important de l'OTAN" a-t-il indiqué. M. Jaap de HOOP Scheffer, a animé jeudi après midi au Palais des Nations une conférence-débat sur le thème: "l'OTAN après le Sommet d'Istanbul et le Dialogue Méditerranéen". Le Secrétaire général de l'OTAN a été accueilli à son arrivée par le Ministre d'Etat, Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelaziz BELKHADEM. 



Le Président BOUTEFLIKA reçoit le secrétaire général de l'OTAN 

Le Président de la République, M. Abdelaziz BOUTEFLIKA, a reçu jeudi au siége de la Présidence de la République, le Secrétaire général de l'OTAN, M. Jaap de Hoop SCHEFFER. L'audience s'est déroulée en présence de MM. Abdelaziz BELKHADEM, Ministre d'Etat, Ministre des Affaires Etrangères, Larbi BELKHEIR, Directeur de Cabinet à la Présidence de la République et Abdelatif RAHAL, conseiller diplomatique du Président de la République. 



La visite du SG de l’OTAN, un « signal fort » sur le rôle de l'Algérie dans la stabilité en méditerranée 

En consacrant sa première visite dans les pays du Dialogue Méditerranéen à l’Algérie, M. Jaap de HOOP SCHEFFER, le Secrétaire général de l’OTAN lance un « signal fort » sur l’importance du rôle que l’Algérie est appelée à prendre dans la stabilité en Méditerranée, considère-t-on dans les milieux spécialisés à Bruxelles. 

Ce geste d’une grande portée « symbolique et politique », prend d’autant plus de valeur que l’OTAN reconnaît de fait l’importance stratégique de l’Algérie, à un moment ou l’organisation transatlantique fait de la coopération méditerranéenne « une priorité ». 

La visite intervient dans une conjoncture caractérisée par des bouleversements dans certaines parties du monde, par la nécessite de faire front commun contre le terrorisme et les impératifs de sécurité dans la région euro-mediterraneenne. 

L’OTAN joue un rôle politico-militaire de plus en plus affirmé sur la scène internationale en particulier dans le monde arabe et musulman, comme l’illustrent les campagnes d’Afghanistan et d’Irak, et son ambition exprimée de s’engager dans la mise en œuvre du projet américain du Grand Moyen Orient. 

Cet engagement et l’intérêt de l’OTAN pour certaines parties du monde, au-delà de son champ d'intervention classique, sont de plus en plus visibles notamment depuis les attentats du 11 septembre. 

En juillet 2002, le Conseil de l'Atlantique Nord a convenu que «le renforcement et l'approfondissement des relations entre l'OTAN et les pays du Dialogue Méditerranéen (DM) (Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Mauritanie, Maroc et Tunisie », lancé en 1994 à Bruxelles « figurent au premier rang des priorités ». 

Le Dialogue, selon l’OTAN, se fonde sur "la conviction des Alliés que la sécurité en Europe est étroitement liée à la sécurité dans la région méditerranéenne". L’ancien Secrétaire général de l’OTAN, Lord RORERTSON, soutenait en Juin 2003 que « la lutte contre le terrorisme, la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive, la gestion des crises, la réforme de la défense et la coopération interarmées étaient les cinq domaines prioritaires de coopération avec les sept pays du Dialogue méditerranéen ».

L’objectif commun, selon l'ancien SG de l'OTAN « devrait consister à instaurer une relation pragmatique à long terme fondée sur des intérêts de sécurité mutuels. Si nous y parvenons, la nouvelle OTAN qui se met en place pourra réellement faire la différence pour la sécurité de la région méditerranéenne», avait-il estimé. 

En Mai 2002, l’OTAN, établissant l’inventaire des domaines de coopération possibles, propose "de renforcer les dimensions politique et pratique du Dialogue Méditerranéen, notamment en menant des consultations avec les partenaires méditerranéens sur des questions de sécurité d'intérêt commun, y compris en rapport avec le terrorisme ». Le renforcement de la dimension politique du Dialogue Méditerranéen devrait, selon l’OTAN, « passer par une plus large exploitation des possibilités qu'offre le dialogue multi/bilatéral existant, par la poursuite de l'action en faveur des contacts de haut niveau et d'une implication des décideurs, selon le cas, par des mesures visant à rapprocher encore les partenaires méditerranéens de l'OTAN et par le renforcement de la complémentarité avec d'autres initiatives internationales». Le but recherché est « d'établir entre l'OTAN et les pays du DM des relations à long terme axées sur ce processus en fonction des intérêts mutuels de sécurité, ainsi que de permettre à l'OTAN de contribuer de façon significative à promouvoir le dialogue et la coopération dans la région méditerranéenne ». Par souci de préserver la concertation avec l’Europe, l’OTAN considère que «la complémentarité qui existe entre le DM et d'autres initiatives internationales tels que le Processus de Barcelone de l'UE et le dialogue méditerranéen de l'OSCE devrait à nouveau être renforcée pour que de fructueuses synergies soient favorisées et qu'il ne se produise pas de double emploi inutile ». 

Outre l’approfondissement du dialogue politique, l’OTAN entend encourager le « renforcement de la dimension pratique du dialogue méditerranéen qui devrait se faire par un développement plus poussé de la coopération sur des questions de sécurité d'intérêt commun ». Pour cela, l’organisation prévoit notamment « des activités ciblées, une approche adaptée de la coopération et un processus continu de consultations au niveau des experts ». Il s'agirait de « couvrir des secteurs où l'OTAN dispose d'un avantage comparatif reconnu et peut apporter une valeur ajoutée, en particulier dans le domaine militaire, et pour lesquels les partenaires méditerranéens ont manifesté de l'intérêt »souligne encore l'organisation dans son inventaire de 2002. Au sommet d’Istanbul de juin dernier, l’OTAN a formalisé cette nouvelle doctrine, en faisant une «offre globale » aux pays méditerranéens qui consiste à élever le Dialogue Méditerranéen au niveau supérieur de Partenariat politico-stratégique (sécurité et défense communes). On indique à Bruxelles que M. Jaap De HOOP SCHEFFER devrait effectuer une série de visites dans les 7 pays du Dialogue Méditerranéen pour passer à une étape supérieure des consultations sur le lancement de « l’initiative de coopération d’Istanbul ». L’étape importante pour ce processus, souligne-t-on à l’OTAN, sera la première réunion au niveau des ministres des affaires étrangères du dialogue méditerranéen prévue le 8 décembre prochain à Bruxelles en vue de créer ce «cadre de coopération plus ambitieux » à cette coopération dans le double volet "politique" et "pratique". 



M. Scheffer plaide pour un dialogue plus profond entre l'OTAN et l'Algérie 

Le Secrétaire général de l'Otan, M. Jaap De HOOP SCHEFFER a indiqué jeudi avoir examiné avec le Président BOUTEFLIKA les moyens d'approfondir les relations entre l'Algérie et l'Otan. Dans une déclaration à la presse au sortir de l'audience que lui a accordée le chef de l'Etat, M. SCHEFFER a affirmé avoir abordé avec le Président BOUTEFLIKA les moyens ''d'aboutir à des relations plus fortes et plus efficaces entre l'Algérie et l'OTAN''. Le S.G de l'OTAN a ajouté par ailleurs que les deux parties ont ''passé en revue le dialogue méditerranéen dont le 10ème anniversaire sera célébré prochainement''. Il a également indiqué que d'autres thèmes ont, à cette occasion, été abordés de manière "ouverte et franche" particulièrement la conférence de Charm El-Cheikh, les Balkans et l'Afrique. M. Scheffer a conclu sa déclaration en relevant que l'"Algérie est le premier pays qu'il visite en tant que S.G de l'Otan". 



L'Algérie "joue un rôle actif dans le dialogue méditerranéen", souligne le SG de l'OTAN 

Le secrétaire général de l'Otan M. Jaap de HOOP SCHEFFER, a affirmé, jeudi à Alger, que l'Algérie "joue un rôle extrêmement actif dans le dialogue méditerranéen". ''l'Algérie a ,depuis son adhésion, en l'an 2000, joué un rôle extrêmement actif au dialogue méditerranéen, à la mesure de son engagement régional et international", a indiqué M. SCHEFFER lors d'une conférence-débat ,animée au palais des nations (club des pins). Cette conférence qui s'est déroulée en présence de M. Abdelaziz BELKHADEM, Ministre d'Etat, Ministre des Affaires Etrangères, a rassemblé plusieurs membres du gouvernement, de parlementaires, ainsi que plusieurs cadres et responsables d'institutions nationales. "Bien que confrontée au défi de la reforme intérieure, l'Algérie n'a pas perdu de vue la nécessité de contribuer à un monde plus juste et plus stable", a-t-il souligné. M. SCHEFFER a également relevé qu'en érigeant "la coopération en élément central de sa politique étrangère, l'Algérie a su faire écouter sa voix et jouer de son influence avec sagesse, dans le dialogue arabo-maghrebin et dans le développement du continent africain, notamment avec la tenue récente du sommet du NEPAD à Alger ainsi que dans le conflit israélo-palestinien et la question de l'Irak. 



M. SCHEFFER souligne les principes qui sous-tendent les relations entre l'Algérie et l'OTAN 

 
Conference-débat, animée par M. Jaap De Hoop Scheffer, secrétaire général de l’OTAN, en présence de M. Abdelaziz Belkhadem, ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères,au Palais des Nations.(25/11/2004)

 

Le Secrétaire général de l'OTAN, M. Jaap de HOOP SCHEFFER a souligné jeudi à Alger les principes sur lesquels devrait reposer la coopération entre l 'Algérie et l'Alliance. Dans une conférence-débat animée au palais des nations (club des pins), M. SCHEFFER a affirmé que la coopération entre les deux parties sera fondée sur trois principes essentiels: " la co-responsabilité, la complémentarité et le respect des spécificités nationales et régionales". Pour le Secrétaire général de l'OTAN, la co-responsabilité suppose le respect, la confiance mutuelle et la définition en commun d'activités, conjointes", précisant que "rien n'est imposé, tout peut être discuté". ''l'Algérie est un partenaire fort qui fait savoir clairement ses besoins", a-t-il souligné, ajoutant que l'Alliance plaide pour une coopération a "double sens" avec les pays membres du dialogue méditerranéen. S'agissant de la complémentarité, M. SCHEFFER a indiqué qu'elle repose sur une coordination des actions en matière de sécurité et de stabilité. Pour ce qui est des spécificités propres à chaque pays ou région, M SCHEFFER a encore souligné qu"'il ne saurait y avoir une approche uniformisée de la sécurité" en méditerranée, estimant que la façon de répondre aux défis "varient d'un pays à l'autre, d'une région à l'autre". Des lors l'Alliance, a-t-il dit, privilégie un coopération individuelle avec ses partenaires qui répond à leurs besoins. Arrivé Jeudi matin à Alger, le secrétaire général de l'OTAN dont c'est la première visite en Algérie, a été reçu par le Président de la République, M. Abdelaziz BOUTEFLIKA. 



L'Algérie a fait "le choix stratégique" de la coopération avec l'OTAN, souligne M. SCHEFFER 

Le Secrétaire général de l'OTAN M. Jaap de HOOP SCHEFFER, a affirmé, jeudi à Alger, que l'Algérie a fait "le choix stratégique" de la coopération avec les grandes institutions européennes et euro-atlantique, dont l'OTAN. "L'Algérie a fait le choix stratégique de la coopération avec les grandes institutions européennes et euro-atlantique, en témoignent son accord d'association avec l'Union Européenne, sa participation active au processus de Barcelone et au dialogue méditerranéen", a souligné M. SCHEFFER lors d'une conférence-débat. Dans ce contexte, il a précisé que ce "choix stratégique" a contribué à la propre réflexion des pays membres de l'OTAN qui ont estimé, a-t-il dit, que ''le moment était venu de passer du dialogue au partenariat''. A cet égard, il a rappelé que lors du sommet de l'Alliance tenu en juin dernier à Istanbul (Turquie) les membres de l'organisation avaient décidé en "étroite coopération" avec l'Algérie et les autres pays du dialogue méditerranéen d'opter pour le partenariat, notamment, celui lié à la paix, l'autre cadre de coopération de l'OTAN. La coopération entre l'Alliance et les pays membres du dialogue porte, a-t-il précisé sur la reforme de la défense, la mise à niveau des forces armées ou d'entraînement en commun, ainsi que sur l'échange de renseignements dans la lutte contre le terrorisme. Il a également évoqué dans ce cadre d'éventuelles actions conjointes à commencer, a-t-il ajouté, par la participation à l'opération maritime anti-terroriste baptisée "Active Endeavour" de l'OTAN. Par ailleurs, l'OTAN plaide pour une consolidation du dialogue à haut niveau en vue de développer davantage la coopération avec les partenaires méditerranéens. 



Sahara Occidental: M. Scheffer pour une solution conforme aux décisions de l'ONU 

Le Secrétaire général de l'OTAN, M. Jaap de HOOP SCHEFFER, a déclaré jeudi à Alger que le règlement du conflit du Sahara Occidental "doit être fait sur la base des résolutions des Nations Unies". "L'OTAN n'a pas de rôle et par conséquent n'a pas de position sur le conflit" du Sahara Occidental, mais "bien sûr, toute solution au conflit doit être faite sur la base des résolutions des Nations Unies", a déclaré M. SCHEFFER lors d'une conférence de presse conjointe avec le Ministre d'Etat, Ministre des Affaires Etrangères M. Abdelaziz BELKHADEM, au Palais des Nations au Club des Pins. "Le seul champ où pourra être discutée cette question est le champ des Nations Unies", a souligné de son côté M. BELKHADEM. Le Secrétaire général de l'Alliance atlantique était jeudi à Alger à l'occasion d'une visite officielle en Algérie, la première qu'il effectue dans un des sept pays du dialogue méditerranéen de l'OTAN. M. SCHEFFER s'est notamment entretenu au cours de sa visite avec le président de la République, M. Abdelaziz BOUTEFLIKA. 



L'Alliance prête à renforcer sa coopération avec l'Algérie, affirme M.SCHEFFER 
 

Le Secrétaire général de l'OTAN, M. Jaap de HOOP SCHEFFER, a affirmé jeudi à Alger que l'Alliance atlantique était prête à renforcer sa coopération avec l'Algérie, qualifiant le dialogue en cours entre les deux parties de "très important". "C'est au gouvernement algérien de décider avec l'OTAN de la forme du dialogue", a déclaré M. SCHEFFER lors d'une conférence de presse conjointe avec le Ministre d'Etat, Ministre des Affaires Etrangères M. Abdelaziz BELKHADEM, au Palais des Nations au Club des Pins. "Il y a des domaines pratiques de coopération très intéressants, notamment la lutte commune contre le terrorisme, dont l'Algérie a beaucoup souffert, les échanges de renseignements et les discussions sur la structure des forces armées", a précisé M. SCHEFFER. L'Algérie "coopère avec tous les Etats dans la lutte contre le terrorisme, sous l'égide des Nations Unies", a souligné de son côté M. BELKHADEM. La lutte contre le terrorisme doit cependant se faire avec le souci de la "distinguer du droit légitime des peuples à combattre l'occupation et en évitant l'amalgame entre l'appartenance religieuse ou culturelle et le terrorisme", a-t-il précisé. A une question sur une éventuelle participation de l'Algérie à des manœuvres militaires avec l'OTAN, M. SCHEFFER a souligné que "L'OTAN est prête à donner toute l'opportunité à l'Algérie d'y participer". La coopération bilatérale "n'est pas une rue à sens unique mais à double sens", a-t-il dit. M. BELKHADEM a rappelé que le dialogue politique entre l'Algérie et l'OTAN est entamé depuis l'année 2000. "Nous pensons pouvoir coopérer avec les responsables de l'OTAN dans le domaines civil, de la formation, des opérations de maintien de la paix, l'acquisition des technologies et dans beaucoup d'autres domaines", a ajouté le chef de la diplomatie algérienne. "Il y a eu deux escales de l'OTAN en Algérie, la troisième aura lieu bientôt", a annoncé M. BELKHADEM. Le Secrétaire général de l'Alliance atlantique, en visite officielle jeudi en Algérie, s'était entretenu au cours de sa visite avec le Président de la République, M. Abdelaziz BOUTEFLIKA. "Nous avons discuté de la situation au Moyen-Orient, en Irak, dans la région africaine des Grands Lacs", a relevé M. SCHEFFER, soulignant la "grande expérience politique" du Président BOUTEFLIKA.