عربي   Français   English

 


  

Le message de Cameron au président Bouteflika, signe de solidité des relations algéro-britanniques 23/04/2014

Le Ministre d'Etat britannique aux Affaires étrangères, chargé de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, Hugh Robertson, a affirmé mercredi à Alger que le message de félicitations adressé par le Premier ministre, David Cameron, au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à l'occasion de sa réélection, était "un signe de la solidité" des relations entre les deux pays.

"Le message de félicitations de notre Premier ministre au président, Abdelaziz Bouteflika, à l'occasion de sa réélection à la présidence de la République, est un signe de la solidité et du renforcement des relations entre l'Algérie et la Grande-Bretagne", a-t-il indiqué à la presse au terme d'une audience que lui accordée le Ministre des Affaires Etrangères, M. Ramtane Lamamra.

"Mes entretiens avec M. Lamamra nous ont permis d'évoquer les questions d'intérêt commun, la situation dans la région et la coopération algéro-britannique notamment dans les domaines sécuritaire et économique", a précisé M. Robertson qui a été porteur du message de félicitations du Premier ministre britannique.

Auparavant, M. Robertson, s'était entretenu avec le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Majid Bouguerra.

Il a expliqué que la coopération algéro-britannique était multiforme et contenait plusieurs volets à l'instar de l'économique, le sécuritaire et la formation.

S'agissant de la coopération algéro-britannique dans le domaine sécuritaire, il a tenu à réitérer le "soutien" de son pays à l'Algérie dans sa lutte contre le terrorisme.

"Pour avoir connu le terrorisme en Grande Bretagne, nous sommes conscients qu'il est difficile d'y faire face", a-t-il dit.

Pour ce qui est de la coopération bilatérale dans le domaine économique, M. Robertson, a estimé "qu'il y a beaucoup à faire et que les opportunités  de la développer sont nombreuses".

Le ministre d'Etat britannique a, par ailleurs, affirmé que son pays était disposé à développer l'enseignement et l'apprentissage de l'anglais en Algérie.

De son côté, M. Bouguerra, a mis en exergue la volonté de l'Algérie de développer sa coopération avec la Grande Bretagne dans des domaines hors des hydrocarbures.